algoric.eu > Biblio > Récents articles > Contre la prospective > Encadré : version PDF

/... Pour comprendre la société post-postindustrielle,
décloisonnez-vous !
-> Introduction...

Dans sa logique de spécialisation, la société industrielle nous a habitués à cloisonner et ipso facto à opposer : une question est publique ou privée, marchande ou culturelle, littéraire ou scientifique, actuelle ou historique, technique ou commerciale, etc. ; elle relève de l'une ou l'autre discipline - sociologie ou économie ou droit ou autre - donc de la compétence du spécialiste concerné. On a commencé à reconnaître les inconvénients de ces segmentations et à s'ouvrir aux domaines voisins - souvent d'ailleurs de façon impérialiste, en les annexant : l'économique et le social sont liés, les économistes l'admettent et considèrent que le social est désormais "chez eux" ; le technique et le commercial sont indissociables, le marketing se charge de les intégrer... La prospective va plus loin dans l'intégration, refusant de se limiter à la prise en compte des seuls champs "voisins", mais elle ne prétend pas pour autant à l'hégémonie : il ne s'agit pas de phagocyter les spécialités, mais de gommer les cloisons qui les séparent.

-> Ca change, tout bouge, tout se tient :  une mutation globale...Autrement dit, comme le suggère le schéma, tout se tient - et de plus en plus (voir n° 111). Compte tenu des interactions, on ne peut pas aborder une question complexe uniquement dans ses dimensions techno-économiques ou socio-culturelles ou politico-institutionnelles. Il faut ajouter aux approches sectorielles d'une part des approches aux interfaces, d'autre part une vision d'ensemble - donc ajouter des références transverses à nos repères spécialisés.

Mais à peine a-t-on commencé à admettre de telles références qu'elles ont déjà évolué ! Pour formuler les choses simplement : au milieu du XXè siècle, la société industrielle a fait place à une société postindustrielle. Celle-ci a d'abord pris la forme d'une société de l'information, puis d'une société de la connaissance, étapes intermédiaires dans l'évolution vers une société de l'intelligence - ou post-postindustrielle - caractérisée non seulement par l'importance de l'information et de la connaissance, mais aussi par la prolifération des relations entre des acteurs et systèmes eux-mêmes de plus en plus diversifiés et entrelacés. Mal préparés à de tels changements, on aborde souvent le nouvel état - société de l'intelligence (au sens large, voir TI n° 103) - avec des références déjà périmées, même si elles ne sont pas toujours anciennes, par exemple quand on se croit encore dans la société de l'information... D'où le sentiment que les situations sont contradictoires, l'époque incompréhensible. Car le décloisonnement ne doit pas porter seulement sur les disciplines ou les domaines d'activité, mais aussi sur les repères spatio-temporels avec lesquels on les envisage : les clés d'hier ne permettent pas d'aborder les réalités de demain...

>>> Dossier : La prospective, un autre regard sur le changement

Suite .../


>> Télécharger le PDF imprimable (sur www.jp-quentin.net)

Sommaire et liens
Introduction
Je suis contre... tout contre
Si c'est ça, je suis tout à fait contre
A moins que...
Encadré : Pour comprendre la société post-postindustrielle, décloisonnez-vous !


-> Actuellement disponibles...
Voir aussi...
>>> liste des récents articles
>>> d'autres développements en version imprimable
-> Bibliographie de Jean-Pierre Quentin...  

Les questions abordées ici en termes généraux ont des traductions opérationnelles
et des applications pratiques dans des actions d'accompagnement (conseil, formation, coaching)
élaborées et mises en œuvre avec nos partenaires >>> contactez-nous !
algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.eu . www.jp-quentin.net