algoric.eu > Biblio > Récents articles > Lobbyings d'hier et de demain > version PDF

-> Introduction...
/...

1 - Décision et pouvoir : la force, l'argent ou l'information

Alors, qu'est-ce que le lobbying ? Il y a quelques années, on pouvait le définir comme une démarche de communication consistant à exercer une influence, directe ou indirecte, pour obtenir, infléchir ou s'opposer à une décision institutionnelle. Le début de cette définition reste valable. D'abord, il s'agit de communication. Voulant influencer une décision, on agit sur le pouvoir qui depuis toujours, avec des dosages variables selon le contexte, s'exprime par trois canaux : la force, l'argent et l'information. Le lobbying influence le pouvoir par le canal de l'information ("messages" et "matière grise"-> information "messages" et information "matière grise"...).

Condition nécessaire (on ne fait pas de lobbying sans agir sur ou par l'information) mais pas suffisante : une action "simple" de conviction directe comme une plaidoirie, une campagne publicitaire ou une pétition veut influencer le pouvoir par le biais de l'information ; ce n'est pas pour autant du lobbying - mais il n'est toutefois pas exclu qu'une telle action, si elle est coordonnée avec d'autres, s'inscrive dans une stratégie de lobbying. De même, lobbying et négociation ne se confondent pas, mais il y a fréquemment une part de négociation dans le lobbying, souvent d'ailleurs avec des ressorts différents de ceux de la négociation commerciale ou sociale.

De même, sauf à s'inscrire dans une telle stratégie, une action sur ou par les autres canaux (force et argent) ne relève pas du lobbying. Quand A. Sharon fait pression sur ce qui reste du pouvoir de Y. Arafat en détruisant tout ce qui l'entoure, il fait appel à la force primaire ; quand Y. Arafat, sans la force dont il ne dispose pas, exploite cette situation pour faire pression sur son adversaire par le biais d'une mobilisation de l'opinion internationale, il fait du lobbying : il détourne la capacité d'influence d'autrui au service de ses propres objectifs.

Il en va de même pour la relation avec le pouvoir par le biais de l'argent, ce qui au passage permet de régler son compte à une association d'idées assez fréquente dans un passé encore récent, entre lobbying et corruption ou trafic d'influence : ces pratiques répréhensibles peuvent parfois être associées à une action de lobbying, comme elles peuvent l'être à n'importe quelle action de communication - ce qui n'autorise en aucune façon à assimiler ces méthodes bananières au lobbying, pas plus qu'à la négociation, à la publicité ou à la plaidoirie. En bref, le lobbying ne se réduit pas à une mode éphémère, car agissant sur la composante "information" du pouvoir, il s'inscrit durablement dans le sens de l'histoire...

Suite .../


>> Télécharger le PDF imprimable (sur www.jp-quentin.net)

Sommaire et liens
Introduction
1 - Décision et pouvoir : la force, l'argent ou l'information
2 - Le pouvoir de l'information face à la décision éclatée
3 - Interdépendance et impact de micro-décisions éloignées
Encadré 1 : Phénomènes Nimby : principaux acronymes
Encadré 2 : Trois niveaux de définition

-> Actuellement disponibles...
Voir aussi...
>>> liste des récents articles
>>> d'autres développements en version imprimable
-> Bibliographie de Jean-Pierre Quentin...  

Les questions abordées ici en termes généraux ont des traductions opérationnelles
et des applications pratiques dans des actions d'accompagnement (conseil, formation, coaching)
élaborées et mises en œuvre avec nos partenaires >>> contactez-nous !
algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.eu . www.jp-quentin.net
Accueil Algoric Prestations Références Publications Thèmes Autre regard Globs Lettre