algoric.eu > Biblio > Récents articles > Signaux faibles et tendances lourdes > version PDF

-> Introduction...
/...

2 - Techniques de prévision ou méthode prospective

La prévision regarde vers le passé, la prospective se tourne vers l'avenir (>> Divers regards vers le futur ; >> Façons de regarder) ; l'une prolonge les courbes, l'autre construit de nouvelles références. Différence majeure, car la prospective permet et même suppose une vision stratégique, une attitude volontariste face à un avenir qui n'est plus considéré comme prédéterminé mais à construire en fonction de choix délibérés. Ressourçons-nous avec Gaston Berger, le "père" de la prospective, qui dans l'Encyclopédie française l'a définie à partir de cinq principes : voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques, penser à l'homme.

1) L'attitude prospective nous fait regarder au loin. "A une époque où les causes engendrent leurs effets à une vitesse qui ne cesse de croître, il n'est plus possible de considérer simplement les résultats immédiats des actions en cours. Notre civilisation est comparable à une voiture qui roule de plus en plus vite sur une route inconnue lorsque la nuit est tombée. Il faut que ses phares portent de plus en plus loin... La prospective est ainsi essentiellement l'étude de l'avenir lointain... Dans l'avenir comme dans le présent, il y a plus de choses à 'voir' qu'on ne suppose. Encore faut-il pouvoir regarder... Comme elle ne cherche pas à prédire et qu'elle ne s'intéresse pas aux événements mais aux situations, elle n'a pas à fournir de dates, ou si elle en indique c'est avec une très grande approximation. Aussi peut-elle atteindre un degré élevé de certitude".

2) Voir large, car "dans les affaires humaines, toute action, comme toute décision, est synthétique. Elle intègre tous les éléments antérieurs. Cela est encore plus vrai lorsqu'il s'agit de vues lointaines et que l'on vit, comme à présent, dans un monde où l'interdépendance ne cesse de croître. Les extrapolations linéaires, qui donnent une apparence de rigueur scientifique à nos raisonnements, sont dangereuses si l'on oublie qu'elles sont abstraites". C'est dans la confrontation entre les vues de personnes compétentes dans différents domaines que se dégagera "une vision commune qui ne sera pas de confusion, mais de complémentarité".

3) Analyser en profondeur, à la recherche "des facteurs vraiment déterminants et des tendances qui poussent les hommes dans certaines directions, sans que toujours ils s'en rendent bien compte... C'est dire que la prospective est tout autre chose qu'un recours à la facilité. Elle suppose une extrême attention et un travail opiniâtre. Elle est le contraire même du rêve qui, au lieu d'amorcer l'action, nous en détourne, puisqu'il nous fait jouir en imagination d'un travail que nous n'avons pas accompli. La vision prospective n'est pas un don gratuit, elle est... l'aboutissement d'un long travail d'analyse. La simplicité se conquiert".

4) Prendre des risques, car prévision et prospective n'emploient pas les mêmes méthodes et ne relèvent pas des mêmes démarches. "La prospective suppose une liberté que ne permet pas l'obligation à laquelle nous soumet l'urgence. Il arrive aussi assez fréquemment que des actions à court terme doivent être engagées dans une direction opposée à celle que révèle l'étude de la longue période... Ainsi Descartes recommandait-il déjà de tout soumettre au doute et d'accorder à l'esprit une liberté absolue, mais 'les actions de la vie ne souffrant souvent aucun délai', il s'en remettait pour les décisions immédiates à la prudence, à la modération et aussi à la constance de sa morale provisoire".

5) Penser à l'homme et, comme l'Histoire, la prospective porte sur "des faits qui, par essence, ne sont jamais donnés : le passé n'est plus, l'avenir n'est pas encore, tous deux sont hors de l'existence. Comme l'Histoire aussi, la prospective ne s'attache qu'aux faits humains. Les événements cosmiques ou les progrès de la technique ne l'intéressent que par leurs conséquences pour l'homme. Nous ne prétendons pas que l'homme soit 'la mesure de toutes choses'. Dans les études prospectives, c'est lui, du moins, qui donne l'échelle... L'avenir n'est pas seulement ce qui peut 'arriver' ou ce qui a le plus de chances de se produire. Il est aussi, dans une proportion qui ne cesse de croître, ce que nous aurons voulu qu'il fût. Prévoir une catastrophe est conditionnel : c'est prévoir ce qui arriverait si nous ne faisions rien pour changer le cours des choses, et non point ce qui arrivera de toute manière. Regarder un atome le change, regarder un homme le transforme, regarder l'avenir le bouleverse... La prospective est attentive aux causes. Ainsi nous libère-t-elle du fatalisme".

Suite .../


>> Télécharger le PDF imprimable (sur www.jp-quentin.net)

Sommaire et liens
Introduction
1 - L'anticipation qui prépare l'action
2 - Techniques de prévision ou méthode prospective
3 - Un exemple de méta-tendance
Encadré : Tendance visible et tendance lourde

-> Actuellement disponibles...
Voir aussi...
>>> liste des récents articles
>>> d'autres développements en version imprimable
-> Bibliographie de Jean-Pierre Quentin...  

Les questions abordées ici en termes généraux ont des traductions opérationnelles
et des applications pratiques dans des actions d'accompagnement (conseil, formation, coaching)
élaborées et mises en œuvre avec nos partenaires >>> contactez-nous !
algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.eu . www.jp-quentin.net
Accueil Algoric Prestations Références Publications Thèmes Autre regard Globs Lettre