-> algoric.eu... > Articles > Feuilleton : Jean-Pierre Quentin / 3 nœuds - liaisons dangereuses ou unions libres ? Sommaire
  Précédent . Suivant
2
Recherche juriste manchot, désespérément

Messieurs,
puisque je vois que nous sommes tous d'accord sur cette décision,
je propose de reporter la discussion
pour nous donner le temps de développer nos désaccords
et ainsi de mieux comprendre le sens de ce que nous déciderons.
Alfred Sloan
(Président de General Motors de 1923 à 1956)

Alors que j'essayais de formuler de façon simple et claire les termes d'une problématique complexe, comme il se doit dans ma fonction de conseiller de synthèse, le Président de Kodak m'a dit un jour - mais je vous rassure, il plaisantait ! - qu'il cherchait un juriste manchot. Pourquoi diantre fallait-il qu'il fût manchot ? Parce que vous, juristes, me dit-il, vous ne pouvez pas vous empêcher de répondre à une question en balançant les termes : "on the one hand… but on the other hand…"
 
Le conseil de synthèse
Entre le coaching qui accompagne un individu et le consulting qui se réfère à une situation, le conseil de synthèse permet une approche cohérente et globale des diverses problématiques de la personne et de l'institution... >>>
Voir http://www.algoric.eu/nc/ConseilSynth.htm
En français : "d'un côté… mais d'un autre côté…" ou, selon une traduction littérale : "dans une main… mais dans l'autre main…" Suffirait-il donc de supprimer une main pour simplifier la problématique ? Chacun sait qu'on n'en simplifierait que l'énoncé, ce qui contribuerait plutôt à embrouiller la situation qu'à la démêler ! C'est pourtant ce qu'on fait assez souvent face à la complexité, sans vraiment s'en rendre compte.

Comme on l'a vu (cf. 1a), avec la convergence numérique, un appareil n'est plus un téléphone ou un appareil photo ou un terminal de paiement : il faut remplacer ou par et. De même avec l'ordinateur, qui est devenu machine à écrire et gestionnaire de fichiers et bien d'autres choses encore. De plus, le nouvel appareil ne se contente pas de juxtaposer ces anciens éléments ou leurs fonctions : il favorise les métissages entre eux, débouchant sur de nouvelles fonctionnalités, ouvrant de nouveaux horizons. Ce qui est vrai de nos technologies l'est tout autant dans bien d'autres domaines. Le groupe Bouygues est-il une entreprise de travaux publics ou de télévision ? Sony et Philips sont-ils concurrents ou partenaires ? Le client de Leroy-Merlin est-il un consommateur ou un producteur ? Les questions de santé publique, la politique énergétique, etc. sont-elles de la compétence des Etats ou de l'Union européenne ? Autant de ou qu'il faut changer en et. La liste pourrait être allongée à l'infini. Une Renault équipée d'un moteur japonais, une Fiat dotée d'une boîte de vitesses française, entre autres composants importés, sont-elles des voitures françaises ou étrangères ? Etc. La question "main droite ou main gauche ?" n'est plus d'actualité, tant s'en faut, mais on continue à demander des réponses de manchots, notamment dans des visions manichéennes et spécialisées inadaptées à une réalité multiforme.

Ces visions sélectives prennent des formes très variées, comme la réduction, la superficialité ou la diversion. Non seulement chacune d'elles est redoutablement efficace, mais elles se combinent à merveille pour nous égarer davantage. Nous les rencontrons quotidiennement. La réduction se manifeste par exemple dans des simplifications mass médiatiques où, au lieu de présenter une question complexe à partir de ses ressorts essentiels - ce qui permettrait de cerner ses enjeux et perspectives - on se borne à en illustrer des aspects secondaires ou périphériques - ce qui incite à commenter vainement des effets plutôt qu'à comprendre des causes sur lesquelles on pourrait agir. Par exemple quand on constate que la productivité supprime des emplois, y compris dans les services, sans dire qu'elle est associée à une évolution de structure de la consommation, qui va permettre des créations d'emplois plus nombreux et plus valorisants.
 
Tendances visibles, mouvements profonds…
Imaginons qu'au Moyen Age, à l'époque des porteurs d'eau, on ait inventé le seau en plastique, plus solide, plus léger. Une formidable opportunité d'investissement pour le fabricant de seaux qui aura su détecter à temps cette tendance ! Ou une remarquable occasion de se ruiner, s'il n'a pas perçu un mouvement plus profond, tendant à remplacer les porteurs d'eau, donc les seaux, par quelque chose d'une autre nature : des réseaux de canalisations... >>>
Voir http://www.algoric.com/ti/88.htm
La superficialité est fréquente dans le monde du marketing et de la publicité, où l'on mélange souvent des intuitions parfois justes avec une futilité méthodologique ou une indigence conceptuelle qui confinent à ce que les sociologues nomment théories ad hoc ou autres formes de charlatanisme distingué. Comble d'imposture, certains qualifient de "prospective" ces pratiques pourtant aux antipodes des principes énoncés notamment par Gaston Berger, "Père fondateur" de cette discipline. Ils traitent des vagues de surface comme s'il s'agissait de mouvements de fond - alors que ceux-ci existent mais qu'ils les ignorent totalement. Quant à la diversion, elle est symbolisée par la gesticulation politicienne en forme de postures, déclarations ou réformettes aussi spectaculaires que déconnectées des questions à traiter - il paraît superflu de citer des exemples.

Ces divers rideaux de fumée sont d'autant plus déplorables qu'ils nous empêchent de saisir le foisonnement d'opportunités qu'offre un monde en mouvement…

Suite >>>






-> Un autre regard... -> accueil algoric.com... -> accueil prospective-entreprise.eu... -> onglet "innovation prospective"... -> onglet "gouvernance responsable"... -> onglet "communication stratégique"... -> accueil algoric.eu... -> Formations "Grand Large"...

(c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.com . www.algoric.eu