"Notes de l'auteur"





2 entrées, 2 lectures... et leurs petits : cf. note Deux regards croisés.


Transverses : convergences/connexions/foisonnement


Niveaux logiques et visibles : nombre de niveaux






Texte provisoire
: rédaction "maquette"


Cheminement libre sur des "pas japonais"
... (pm, cf. intro).


Fermer_la_fenêtre




Deux regards croisés

Rappel pm (+ cf. séquence 1) : outre les entrées de service (Dico, sommaire, etc.), le dispositif comporte 2 entrées principales, correspondant aux 2 lectures de base (qui ont elles-mêmes leurs courants dérivés) :
——› horizontalement = les approches,
——› verticalement = les transverses.

Par construction, les séquences et les modules qui les composent sont à l'intersection de ces 2 cheminements principaux (eux aussi susceptibles de courants dérivés). Chaque composant doit donc non seulement être "autonome et interdépendant", comme dans toute conception modulaire, mais aussi contribuer à la cohérence de chacun des cheminements.

Ainsi, la lecture "horizontale" est à la fois guidée par une thématique (ex. dans l'approche historique : "derrière les crises apparentes, une progression cohérente ?") et rythmée par le séquencement transversal.




Transverses : convergences/connexions/foisonnement

Pour donner au lecteur des repères confortables, ce séquencement a l'aspect traditionnel de découpages pédagogiques classiques : découvrir/analyser/anticiper. Certes c'est confortable, mais assez descriptif, statique et réducteur. Pour donner plus de force à la construction, un 2è tempo, plus dynamique et logique, vient s'appliquer sur ce rythme :
——› scène d'exposition : identification des données à connaître, de leurs évolutions, des liens qui les rapprochent...
——› nœud de l'intrigue : état des lieux, forces en présence, jeux et enjeux, marges de manœuvre...
——› préparation du dénouement : perspectives, termes des choix à faire...

Et comme la matière s'y prête, on peut pousser l'élégance jusqu'à coordonner le tout avec le découpage convergences/connexions/foisonnement... Schématisation :
——› la scène d'exposition montre les éléments épars et leurs convergences progressives,
——› le nœud de l'intrigue est centré sur la nature, l'importance et la portée des connexions ainsi réalisées,
——› la préparation du dénouement illustre le foisonnement de développements possibles et montre comment ce que sera demain dépend des choix d'aujourd'hui.

Dans l'approche historique, la scène d'exposition montre par exemple que "l'idée d'Europe" est très ancienne... et serait toujours à l'état d'idée si elle n'avait pu se concrétiser par la rencontre avec d'autres évolutions historiques (convergence) ; le nœud de l'intrigue correspond au bilan à ce jour, après quelques décennies de construction communautaire (connexions) ; vient ensuite l'énoncé des évolutions possibles (foisonnement), sachant que l'avenir n'est pas écrit et dépend de choix dont les principaux termes sont présentés ici.

Plus généralement, le cheminement vertical exploitera les éléments présentés horizontalement en les articulant autour des problématiques centrales : souveraineté(s), gouvernance(s)...

-> haut -> suite...




Nombre de niveaux

S'il paraît souhaitable de conserver comme convenu nos 5 niveaux "logiques", on peut améliorer la lisibilité en les groupant en 3 niveaux "visibles" :
——› approches, transverses et séquences,
——› modules et "sous-modules" éventuels,
——› briques ou autres activités.

S'y ajoutent bien sûr les éléments de référence et autres utilitaires - et évidemment les liens avec les autres programmes (thématiques) à naître.

-> haut -> suite...




Rédaction "maquette"

Il va de soi que les passages rédigés dans cette maquette ne sont fournis ici qu'à titre illustratif et ne préfigurent pas nécessairement la forme définitive : ils permettent de malaxer une structure en cours d'élaboration. Quand celle-ci sera précisée et quand les vecteurs seront choisis, le texte pourra prendre la forme appropriée.

-> haut -> suite...


Fermer_la_fenêtre






(c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.com
-> haut -> suite...