Brèves septembre 2002 .


Force primaire ou mobilisation de l'opinion internationaleRelativité lucide, gratitude pour l'adversaire...
Elie Barnavi, ambassadeur d'Israël en France : "Arafat a été tellement mauvais qu'à côté de lui nous pouvions paraître bons" (France Inter 30 sept. 2002).


Force primaire ou mobilisation de l'opinion internationale Forcing, lobbying : des approches différentes... >>>


Dessin de Arcadio (Costa Rica)

Economie... Espoirs de paix... Sécurité... Sortie !
Retour à la listeBrève suivante

Zoom avant pour agrandir le schéma La "symbiose industrielle" de Kalundborg : l'écologie industrielle, un défi avant tout organisationnel, managérial, partenarial...
Une centrale électrique, une raffinerie, diverses usines, fermes et autres réseaux urbains : au total 19 échanges, qui se traduisent par d'appréciables gains économiques et écologiques. Principales difficultés : l’ampleur du changement d’état d’esprit que cela implique ; l'inadéquation du statut juridique de nombreux sous-produits ; la difficulté de faire fonctionner ensemble des entreprises qui s’ignorent, protègent leurs secrets, peuvent difficilement s'engager sur le long terme, sont peu préparées aux partenariats à plusieurs... Un champ privilégié pour des interactions régionales reposant sur de nouvelles formes de relations entre Pouvoirs publics et acteurs économiques et sociaux.. Extraits de l'article d'Alternatives économiques >>>
Agrandir le schéma >>>

Signaux faibles et tendances lourdesUn exemple de méta-tendance >>>
Mutation des métiers et interactions régionalesMutation des métiers et interactions régionales >>>

Retour à la listeBrève suivante

Avis aux responsables d'antenne TV : il va falloir choisir.
La capacité d'attention du téléspectateur étant ce qu'elle est, on peut
satisfaire ses bas instincts ou lui inoculer des messages publicitaires... mais pas les deux
!


"Coup dur pour les annonceurs" [... ou pour les responsables de programmation TV ?] : le sexe et la violence dans les programmes télévisés seraient un frein à la mémorisation des publicités. Mass media et appauvrissement de la communication...Plus de 300 Américains ont visualisé trois types d'émissions sur leur petit écran : certaines à caractère sexuel, d'autres incluant des scènes violentes et enfin des programmes dits neutres. Ils étaient ensuite invités à rappeler le maximum de publicités parmi les neuf qui entrecoupaient les émissions. Les spectateurs de scènes sexuelles ou violentes en rappellent en moyenne deux, contre trois pour ceux qui ont visualisé un programme plus familial. La raison de cette différence ? Des pensées ou des émotions fortes, ou de simples excitations physiques, focalisent l'attention - donc la mémoire - des spectateurs, qui n'ont plus les ressources mnésiques suffisantes pour retenir un grand nombre de publicités.
Brad J. Bushman et Angelica M. Bonacci, "Violence and sex impair memory for television ads", Journal of Applied Psychology, n' 87, 2002 - Sciences humaines, sept. 02.
Dessin de Cabu

Voir aussi...
Pornographie & violence à la TV... et après ? >>>
• Confusions et désinformation : apologie de l'irish coffee
>>>

Retour à la listeBrève suivante

Jules Verne, Star Trek, interculturalité, portes coulissantes...

Jules Verne est l'un des écrivains les plus connus au monde... Ses romans anticipaient de manière plausible l'exploration sous-marine, le voyage dans la lune, la télévision, les machines de guerre volantes... Chaque époque a son Jules Verne.Jules Verne... et autres illuminés... Au cours des années 60... l'une des choses les plus belles qu'on voyait dans Star Trek, ce n'est pas bien sûr le fait que les occupants du vaisseau Enterprise portent des combinaisons qui ressemblent à des pyjamas, mais que ce vaisseau ait à son bord, dès 1966, le premier équipage mixte et interethnique de l'histoire de l'humanité. Trois ans avant qu'un homme ne pose le pied sur la lune, il accueillait sans préjugé des hommes et des femmes, des européens, des africains, des asiatiques, des slaves et des extra-terrestres... En dehors même de son esprit tolérant et humaniste, la série Star Trek des années 60... anticipait plusieurs appareillages assez épatants qui ont été réalisés depuis. À commencer par le communicateur de poche du capitaine Kirk, dont certains fabriquants de téléphones portables ont sans vergogne copié l'esthétique, et le lit à diagnostic médical du Docteur McCoy, dont il existe déjà des modèles expérimentaux... De toutes les technologies mises en scène dans la série, la plus fascinante est sans doute le télétransport, qui consiste à désintégrer atome par atome les objets ou les individus pour les recomposer à l'identique à trois ou trentre kilomètres de là. Roddenberry avait imaginé le télétransport parce que c'était narrativement plus élégant et financièrement moins coûteux que de passer son temps à montrer des allées et venues de navettes... L'idée d'un déplacement quasi instantanée a de quoi faire rêver... Plusieurs physiciens se sont penchés dessus... l'énergie nécessaire à la désintégration et à la réintégration des atomes d'une souris serait équivalente à celle que produit le soleil. Donc, pas de télétransport...

En tout cas, Star Trek a anticipé de plusieurs années une autre invention, bien plus pratique et bien plus quotidienne, celle des portes coulissantes. Vous savez, ces portes en verre qui s'ouvrent toutes seules quand vous vous préparez à entrer dans une gare ou une pharmacie. Eh bien, dans le vaisseau Enterprise, il y en avait partout ! Et elles fonctionnaient si bien qu'à l'époque, ça impressionnait beaucoup de monde, car leur technologie, qui nous paraît aujourd'hui si naturelle, n'était pas du tout maîtrisée dans la réalité. Un jour, un fabriquant de portes envoie deux de ses ingénieurs au responsable des effets spéciaux de Star Trek pour lui demander son secret. «Quel genre de capteur utilisez-vous pour que la porte s'ouvre juste devant les acteurs ? lui demandent-ils. On a beau examiner l'image sous toutes les coutures, on ne voit rien.» Le responsable des effets spéciaux éclate de rire et répond : «Il n'y a pas de capteur, mais un type qui, dans les coulisses, surveille les comédiens et appuie sur un bouton pour ouvrir la porte dès qu'ils s'en approchent. Et il a intérêt à être précis, car ils y vont franchement et s'il rate son coup, eux, ils se cognent !»

Martin Winckler, France Inter, 24 septembre 2002 >>>

Retour à la listeBrève suivante

Mutation des Miss : Darwin n'avait pas tout prévu...

Une mutation globale...

Miss America se réinvente
Sur l’écharpe : Concours de beauté pour intellos.
Sur le soutien-gorge : E = mc2

Courrier international 24-09-2002
Incroyable mais vrai, Miss America a un cerveau

    Les Etats-Unis se sont apparemment étonnés eux-mêmes en élisant au titre de Miss America 2003 une jeune femme de 22 ans, Erika Harold, qui allie intelligence et beauté. La jeune femme entrera à Harvard l’année prochaine pour devenir avocate. “Sa performance dans une épreuve de questions à choix multiples portant sur la culture contemporaine et l’histoire américaine, où elle a obtenu 10 bonnes réponses sur 16, l’a aidé à emporter le titre”, souligne l’agence AP. Pour mémoire, Miss Russie 2002 est une femme policier, qui rédige un mémoire de droit civil, et Miss France 2002 s’apprêtait à passer le concours d’avocat lorsqu’elle a été élue.


Dessin de Ann Telnaes (Etats-Unis)
(Tribune Media Services)


Retour à la listeBrève suivante

Constitution de l'UE : les Britanniques osent en parler...
"Jamais une vache sacrée de la politique britannique n'aura été sacrifiée avec aussi peu de cérémonie." L'étonnement de The Independent est aussi celui de toute la presse britannique. Jack Straw, le ministre des Affaires étrangères de Tony Blair, s'est en effet déclaré, le 27 août, "favorable" à une Constitution européenne et a reconnu qu'y résister aurait un coût politique extrêmement élevé pour le Royaume-Uni. Or l'idée même d'écrire une Constitution, ajoute The Independent, "a toujours été jugée par des générations d'hommes politiques comme une trahison de l'essence même de cette nation". Car le Royaume-Uni n'a jamais eu de Constitution écrite. L'étonnement est d'autant plus grand qu'il y a à peine dix-huit mois le même gouvernement avait précisément affirmé le contraire. En octobre 2000, Tony Blair avait en effet déclaré qu'il était "peut-être plus facile à un Britannique de comprendre qu'un débat constitutionnel ne s'achevait pas forcément par un texte solennel et légalement contraignant appelé Constitution". The Daily Telegraph attribue ce revirement à un banal calcul politique. Pour le quotidien conservateur, en effet, "les derniers chiffres du sondage Eurobaromètre montrent que les Britanniques sont moins opposés qu'on ne le pensait à l'idée d'un texte constitutionnel". Quant aux intentions britanniques, The Independent remarque que, "la Grande-Bretagne souhaite préserver la primauté des gouvernements nationaux sur Bruxelles". Londres n'est donc pas favorable au renforcement des pouvoirs de la Commission ou du Parlement européens. Le calcul de Tony Blair est donc avant tout pragmatique : pour mieux influencer le texte de la future Constitution, mieux vaut participer.

Retour à la listeBrève suivante

Il y a 20 ans, un livre de Jean-Pierre Quentin annonçait les attentats du World Trade Center...
A l'heure de la commémoration du 11 septembre 2001, un lecteur aussi attentif qu'observateur et critiqueAgrandir l'image m'interroge sur l'éventuelle portée prophétique de la couverture de "Mutation 2000", où figurent pêle-mêle des twin towers, un avion qui fait route vers la ville, un gros nuage au-dessus d'icelle... (-> zoom avant). A mon grand regret, je dois admettre que ma boule de cristal n'a jamais atteint ce degré de précision. Par ailleurs, j'avais bien sûr exprimé des souhaits (montrer un environnement technologique non déshumanisé, suggérer un progrès préservant la nature, etc.), mais cette couverture est l'œuvre de son auteur, Jérôme lo Monaco, à qui revient tout le mérite... artistique, mais pas prophétique. Plus fondamentalement, il ne s'agit pas d'un livre de prévision(s) mais d'invitation à la prospective - à ne pas confondre : l'une regarde vers le passé, l'autre se tourne vers l'avenir...
Techniques de prévision ou méthode prospective >>>

Retour à la listeBrève suivante

SADDAM HUSSEIN
L’autre créature des Américains
“Newsweek” rafraîchit la mémoire des dirigeants américains au sujet d’un certain Saddam Hussein : ce sont les Etats-Unis qui lui ont fourni les armes biologiques.

Gouvernance subtile : GET SADDAM  !“Difficile d’y croire ! Dans les années 1980, les Etats-Unis ont permis à Saddam Hussein, et ce de manière tout à fait consciente, d’importer des souches bactériennes utilisables pour produire des armes biologiques”... Vingt ans plus tard, les mêmes Etats-Unis demandent, devant le monde entier, la tête de l’ennemi public numéro un bis (ex aequo avec Oussama Ben Laden). Il aura fallu une bonne dizaine d’années, et la première guerre du Golfe, pour que les Américains se rendent compte qu’“ils ont aidé à la création d’un monstre à la Frankenstein”. Afin de dédouaner les Etats-Unis, l’hebdomadaire rappelle la dure loi de la realpolitik : “Dans le monde réel, comme le dit l’adage, les nations n’ont pas d’amis, juste des intérêts permanents.”

Saddam, l’arme anti-Iran
De fait, “au début des années 1980, le plus gros souci des Etats-Unis au Moyen-Orient n’était pas l’Irak, mais le nouveau régime des Mollah en Iran”... En suivant la théorie des intérêts bien compris ­ “les ennemis de mes ennemis sont mes amis” ­, l’Irak de Saddam Hussein devint le nouvel allié stratégique local de la puissance américaine.
“Outre des équipements militaires, Saddam Hussein reçut une aide économique importante et des livraisons clandestines de munitions.” A Washington, personne n’était dupe. “Les responsables américains savaient très bien que Saddam Hussein était un psychopathe. Quelques semaines après avoir pris les reines [!] du pouvoir en Irak, Hussein ordonna l’exécution sur le champ de plusieurs délégués de son parti, et ce devant des caméras de télévision.”

Rumsfeld, l’ami de Saddam
... L’homme qui a rapproché le régime du “psychopathe” Saddam Hussein et l’administration américaine : Donald Rumsfeld. Le 20 décembre 1983, l’envoyé spécial de Ronald Reagan se rendait dans la capitale irakienne pour “affaires”. Sans états d’âme, le futur ministre de la Défense de George W. Bush, serrait chaleureusement la main du “boucher de Bagdad”.
A l’époque, explique “Newsweek”, “Donald Rumsfeld savait pertinemment que Saddam Hussein finançait des terroristes et faisait tout pour acquérir la bombe nucléaire”. Cependant, il prépara sans scrupule les arrivages de produits chimiques, qui allaient servir quelques années plus tard au gazage des Kurdes dans le Nord irakien… De même, l’aide militaire qu’il promit à Saddam Hussein servit à envahir le Koweït en 1990. En bref, en éliminant le “psychopathe” Donald Rumsfeld et George W. Bush souhaitent refermer la boîte de Pandore (Ph J - courrierinternational.com)

A questions complexes, réponses simples :
Simplissime ! Climat, incendies de forêts...
Paracolonialisme... Subtilité du concept de "guerre préventive", diversion, amateurisme velléitaire...
We love you, double iou ! Gouvernance subtile et popularité internationale
Saddam à abattre... Get Saddam !

Retour à la listeBrève suivante

Chasse aux bogues pour assurer l'avenir de l'entreprise.
Le National Institute of Standards and Technology (NIST) estime à 60 milliards de dollars par an les pertes enregistrées par l'industrie et le commerce américains à cause des bogues contenus dans les logiciels. Une aubaine pour Geodesic Systems, une entreprise de Chicago (Illinois) dont la spécialité est de concevoir des programmes permettant d'éliminer des défaillances "génériques" comme des fuites de mémoires ou la destruction de données enregistrées. Mais pour pouvoir s'attaquer à des problèmes plus spécifiques des logiciels, Geodesic va fusionner avec InCert Software de Cambridge (Massachusetts). La technologie d'InCert permet déjà d'enregistrer des milliards de lignes de codes qui ont provoqué un "plantage" et d'aider ainsi le développeur à modifier le logiciel. Les atouts combinés de ces deux entreprises devraient permettre d'éviter des défaillances majeures dues aux bogues, comme celle qui a conduit à la fermeture de la bourse de Toronto pendant une journée entière en 1997. [Chicago Tribune 02/09/02 : Plenty of work for Chicago firm's bug-fixing software - www.adit.fr].
Bogues et managers submergés Bogues et managers submergés

Retour à la listeBrève suivante

Développement durable : faire la guerre au climat !

C.Q.F.D.

Sommet de la Terre
Bush : “Le climat pose problème ? Y’a qu’à lui faire la guerre !"

BUSH ABSENT DE JOHANNESBURG

    Du 26 août au 4 septembre prochain, les dirigeants de la communauté internationale se retrouvent en Afrique du Sud afin de discuter de l’état de santé de notre chère planète. Les Etats-Unis, ne sont pas représentés au plus haut niveau. (...) Le développement durable et le respect de l’environnement ne sont certainement pas considérés comme des dossiers prioritaires à Washington.


Dessin de Jean Veenenbos (Autriche)


Retour à la listeBrève suivante

Toujours dans la famille simplissime : pour supprimer les incendies de forêt, supprimons la forêt... c'est cher, nous n'aurons plus de forêt, mais l'objectif sera atteint : finis les feux de forêt... remplacés par des feux de brousse !

Suite à une année de sécheresse sévère, les Etats du Colorado, de l'Arizona et de l'Oregon ont connu de gigantesques incendies de forêt favorisés par un épaississement trop important de la végétation, fruit de plusieurs années de pluies abondantes. Aussi le Président Bush est-il partisan d'une solution visant à " nettoyer " cette végétation. De leur côté, les scientifiques renâclent à appliquer une stratégie pour laquelle les connaissances de base font encore défaut. De plus, l'application de cette solution entraînerait des coûts très élevés pouvant atteindre plus de 8 000 dollars à l'hectare. En outre, les résultats obtenus se révèlent souvent peu efficaces, cette solution pouvant même entraîner l'effet contraire en produisant une abondante végétation nouvelle. C'est la raison pour laquelle les chercheurs du Fire Sciences Laboratory de Missoula (Montana), le département recherche de la Rocky Mountain Research Station du Forest Service, préconisent de développer des études plus approfondies et émettent de grandes réserves vis à vis de l'adoption d'une stratégie unique qui ne prendrait pas en compte l'immense diversité des forêts américaines. [New York Times 27/08/02 : Forest thinning challenged as tactic to control fires - www.adit.fr].

Est-ce bien raisonnable ?
Naissance du Christ / Chute de l’empire romain / Chute de la civilisation maya /
Charlemagne unifie l’Europe / Magellan navigue autour du globe /
La Renaissance / La révolution industrielle / L’homme marche sur la Lune /

Politique forestière de Bush - dessin de Daryl Cagle (USA)

Retour à la listeBrève suivante


Partenariat : recherche chercheurs indépendants pour relever défis.
Il y a tout juste un an, la branche capital-risque d'Eli-Lilly, le géant de la pharmacie basé à Indianapolis (Indiana) lançait son projet baptisé "InnoCentive". Il s'agissait de recevoir les offres de chercheurs indépendants, quels que soient leur emploi, leur nationalité ou leurs qualifications, à la condition qu'ils acceptent de relever les défis lancés sur le site (www.innocentive.com) et renoncent aux droits d'exploitation de leurs solutions. Jusqu'à présent, des chercheurs de plus de cent pays se sont enregistrés auprès d'InnoCentive. Selon l'American Association for the Advancement of Science et l'American Chemistry Association, "InnoCentive" a déjà permis de recevoir quatorze propositions de solutions à des problèmes cruciaux pour le développement de produits commercialisables. A ce jour, 350 000 dollars ont été versés aux découvreurs de ces solutions. La bourse la plus importante versée jusqu'à présent est revenue au Glenmark Research Center, un laboratoire situé en Inde. [Chicago Tribune 02/09/02 : Lilly creates lode for bounty hunters : companies pay for solutions to research problems - www.adit.fr]..

-> accueil algoric.com version actuelle...
Retour à la listeHaut de la pageSuite


 

 

Page d'accueilPage d'accueil - (c) Jean-Pierre Quentin www.algoric.com