. Brèves 1er trimestre 2002 .

 

Mars 02

Propriété intellectuelle, imagination :
convertir le séquençage en musique pour mieux protéger les découvertes !

Les entreprises qui développent des recherches en biotechnologies versent des sommes considérables à leurs conseillers juridiques afin de protéger leurs découvertes. Assez discutable, ce procédé conduit le plus souvent à une protection accrue qui interdit la communication de données utiles à l'ensemble de la communauté scientifique. Par ailleurs, les brevets ne protègent nullement les inventions au-delà de vingt ans et l'US Patent Office rechigne aujourd'hui à en accorder dans le cadre du décryptage du génome. Dans ce contexte, le responsable de la R&D de Maxygen, une entreprise de biotechnologies de Redwood City (Californie), vient de lancer un pavé dans la mare en proposant de convertir le séquençage du génome en musique, et d'exiger des droits d'auteur valables pendant un siècle. D'ores et déjà, la technologie est disponible grâce aux logiciels comme ProteinMusic ou Bio2Midi, ce dernier ayant été développé par Algorithmic Arts de Fort Worth (Texas). [New York Times 31/03/02 : DNA ditties - www.adit.fr]. .

Retour à la liste

Nouveaux métiers, sécurité informatique : doctorat ès-piratage.
Les choses bougent en matière de formation à la sécurité. L'université de Phœnix (Arizona) vient d'ajouter à son programme un cursus d'apprenti RSSI (Network Defense Specialist). C'est probablement l'une des premières filières éducatives "officielles" sanctionnant une compétence en matière de protection des réseaux. [Réseaux & Télécoms 29/3/02].

Retour à la liste

Téléphonie mobile, monopoles : limiter les tarifs "fixe vers mobile".
Selon le Financial Times (27/3/02), la Commission préparerait une proposition pour limiter le coût d'utilisation du réseau mobile pour un opérateur de téléphone fixe dans les communications "fixes vers portables". Selon une première ébauche, les opérateurs de téléphones mobiles seraient considérés comme "monopolistes" pour cet acheminement final, laissant ainsi une marge de manœuvre aux autorités nationales de régulation pour définir les mesures visant à la diminution de ces charges. [www.robert-schuman.org].

Retour à la liste

Activité cérébrale et violence : les chercheurs progressent.
Les travaux récents d'une équipe de l'Université de Californie à Los Angeles, utilisant la TEP (Tomographie par Emission de Positons), suggèrent qu'un dysfonctionnement du cortex préfrontal, région responsable de l'évaluation de l'opportunité des actes, caractérise principalement des meurtriers agissant par impulsion et non avec préméditation. Néanmoins, les chercheurs veulent éviter de brosser un tableau trop simpliste, des clichés d'IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) indiquant en effet que les régions profondes du cerveau seraient particulièrement actives chez des meurtriers impulsifs. D'autres travaux ont révélé que les actes de violence sont également liés à des déficiences du corpus callosum, une structure reliant les deux hémisphères cérébrales et permettant à l'hémisphère gauche de "raisonner" l'hémisphère droit, plus émotif. La différence entre le nombre de femmes et le nombre d'hommes ayant commis des actes de violence est tel que ledit "effet testostérone" reste cependant un facteur significatif dans l'analyse du déclenchement des impulsions. En outre, des études menées sur la sérotonine, un neurotransmetteur stimulé par des médicaments comme le Prozac, indiquent qu'un déséquilibre à ce niveau peut également entraîner des comportements violents. [Boston Globe 26/03/02 : Brain scans draw a dark image of the violent mind - www.adit.fr]..

Retour à la liste

Systémique... : le mystère de la maladie de Guam enfin élucidé ?
Peuple autochtone de l'île de Guam, les Chamorros souffraient d'une maladie mystérieuse baptisée l'ALS-PDC, combinant les effets de la maladie d'Alzheimer, à ceux de la maladie de Lou Gehrig (sclérose latérale amyotrophique) et de la maladie de Parkinson. Cette affection ne frappait que les Chamorros consommant traditionnellement les graines hautement toxiques d'une plante primitive dont ils savaient néanmoins éliminer les toxines. Cependant, même une consommation élevée de cette plante ne pouvait expliquer le taux d'apparition de la maladie, atteignant cent fois celui de la maladie de Lou Gehrig enregistré dans le monde. Une nouvelle hypothèse proposée par des chercheurs du National Tropical Botanical Garden de Hawaii et des neurologues du Albert Einstein College of Medicine à New York vient d'être publiée dans le dernier numéro de Neurology. Selon ces chercheurs, l'expansion économique rapide qui a suivi la Deuxième Guerre Mondiale a permis l'achat de fusils, entraînant alors une très forte hausse de la consommation de chauves-souris chez les Chamorros. Or ces animaux ingurgitent en grande quantité la même plante et retiennent les toxines dans leurs tissus gras. Les cas de personnes atteintes de cette maladie ont d'ailleurs beaucoup baissé chez les Chamorros depuis que les chauves-souris ont été décimées par la chasse. Si cette hypothèse se confirme, les chercheurs auront ouvert une nouvelle piste prometteuse pour l'étude de trois des maladies les plus courantes aujourd'hui. [Boston Globe 26/03/02 : Diet linked to Guam brain disease - www.adit.fr].

Retour à la liste

Droit et Société : fin mars 2002, un malade mental vide quelques chargeurs sur le Conseil municipal de Nanterre et fait plusieurs victimes.

  • Incidente : comme trop souvent dans ces situations, une grande partie du microcosme politico-médiatique se complaît dans des réactions affectives primaires qui illustrent le niveau de maturité et de responsabilité des intéressés... Aubaine pour la presse, les radios déplacent leur rédaction pour être au cœur de l'événement, faute de matière on présente comme informations des rumeurs faisant rapidement l'objet de démentis eux-mêmes bientôt démentis, on multiplie les micro-trottoirs faciles et complaisants, on entend beaucoup d'hommes politiques mais pas d'hommes d'Etat...

  • L'accent est mis sur l'instrument (l'arsenal guerrier dont disposait l'assassin)... à tel point qu'on trouve presque naturel de centrer le débat sur cet aspect périphérique.

    • Je pratique le tir sportif, c'est une activité dangereuse, je trouve normal que des précautions soient prises, que la Société exerce un contrôle... Dois-je rappeler que, dans les faits, ceci se traduit par des contraintes parfois exagérées pour ceux qui appliquent le droit, sans gêner le moins du monde ceux qui ne le respectent pas.
      Or que nous dit-on ? Comme souvent en France : qu'on va durcir la loi... pour ceux qui la respectent - et continuer à ne pas l'appliquer aux autres, qui sont les vrais dangers, mais sur lesquels on n'a aucune prise.

    • Je pratique aussi d'autres activités statistiquement beaucoup plus dangereuses que le tir. A commencer par la conduite automobile. Va-t-on, de la même façon, restreindre l'usage de cet instrument dangereux que sont nos véhicules ?

    • Quid d'instruments plus dangereux encore, comme l'alcool qui, paraît-il, fait 40.000 morts par an en France (la pertinence de la méthode statistique relève d'un autre débat...). Faute de s'attaquer au problème, va-t-on durcir la procédure de délivrance du permis de détention de bouteilles ?

  • Quant au fond - références culturelles, modèles éducatifs, contexte psycho-sociologique... - pour se limiter ici à un exemple simple, il n'est pas dit un mot des spectacles qui abreuvent nos écrans, où la violence rivalise avec le sadisme,La télé rend violent : c'est prouvé ! où un individu (minable voyou ou "justicier" autoproclamé) peut "s'affirmer" et imposer aux autres son absence d'autorité, du simple fait qu'il dispose de prothèses (armes) dont les autres sont démunis... Doit-on considérer que ce contexte n'a aucun lien avec les exploits de notre tueur ? ça sent un peu la chute de l'Empire romain...
    (dessin de Cabu)
  • En résumé, on demande au droit une réponse à un problème qu'il ne peut résoudre. Car c'est un problème de Société, qui relève de l'éducation ou de la culture, pas de la réglementation... mais, même au risque de ne rien régler et de créer des effets pervers, il est plus facile de gesticuler que de s'attaquer aux vrais problèmes. Un peu comme si, pour répondre au vrai défi de la réduction du temps de travail, on décidait de faire une loi...

  • Cette affaire nous renvoie par ailleurs aux relations entre technologie et Société, par le biais notamment du Prozac qu'absorbait ce jeune homme et dont il n'a pas été beaucoup question jusqu'ici. Avec, plus prosaïquement, un vaste champ de travaux pratiques pour la communication stratégique : qui en parlera et qui fera tout pour étouffer la question ? en référence à quels intérêts ? de quelle façon ? A suivre...

Avec les TIC, fini le toc ? - C'est prouvé : la télévision rend violent
- Choc des tendances : TV, violence et obésité
- Traitement de la dépression : l'efficacité du placebo
- Avis aux responsables d'antenne : violence et sexe ne sont pas vendeurs
- Droits de l'homme, "sniper", lobby des armes, violence sur les écrans... en vrac ?
- Des chiens et des hommes : acceptabilité relative
- Mass media et appauvrissement de la communication...

 

Retour à la liste

Quand le terrorisme stimule la recherche...
De nombreux produits, dont le développement a connu une accélération suite aux attentats du 11 septembre 2001, sont présentés à l'occasion du National Manufacturing Week Trade Show qui se tient à Chicago. Ainsi, KES Science & Technology de Kennesaw (Georgie) a conçu pour la NASA un système, basé sur l'utilisation du dioxyde de titane et des ultraviolets, permettant d'éliminer l'éthylène présent dans l'air autour des plantes, évitant ainsi qu'elles mûrissent trop rapidement. L'entreprise a fourni un système identique aux chercheurs de l'Université de Wisconsin, qui ont réussi ainsi à éliminer jusqu'à 93% des spores de la maladie du charbon présentes dans l'air d'un local. D'ores et déjà, KES Science & Technology propose des systèmes de conditionnement de l'air qui éliminent la plupart des contaminants organiques. De son côté, le Naval Aerospace Medical Research Laboratory de Pensacola (Floride) a perfectionné un gilet destiné aux pilotes de chasse, dont le sens du toucher est rapidement perturbé en vol. Ce gilet est capable de transformer les données provenant des ordinateurs embarqués à bord de l'avion en sensations physiques. Après l'avoir essayé une vingtaine de minutes, des pilotes expérimentés sont parvenus à voler les yeux bandés. Aussi l'US Air Force s'apprête à utiliser ce gilet dans des situations de combat. A terme, les chercheurs envisagent d'étendre l'utilisation de ce gilet à des personnes âgées dont l'équilibre est affecté, mais aussi au domaine des jeux vidéo, où ce "vêtement" ajouterait une dimension nouvelle à l'interactivité. [Chicago Tribune 19/03/02 : Attack response prompts spate of useful devices - www.adit.fr].

Retour à la liste

Combinatoires TIC, systèmes d'information : téléphone cellulaire + photo numérique + GPS, une association prometteuse...
Un chercheur de l'Almaden Research Center d'IBM à San José (Californie) a développé un prototype d'appareil qui laisse entrevoir d'ores et déjà de multiples applications. Très souvent en voyage, il a eu l'idée de pointer son prototype, constitué d'un téléphone cellulaire et d'un appareil photo numérique, sur des panneaux indiquant le nom d'une rue ou sur des étiquettes collées sur des produits en vente. Pour l'heure, il s'agit de petits morceaux de texte qu'il sélectionne, tout comme on choisit la partie d'une photo afin de l'élargir à l'aide d'un programme comme Adobe Photoshop. L'image choisie est alors compressée, puis envoyée à un serveur relié au réseau sans fil. La reconnaissance optique des caractères et la traduction sont assurées du chinois, du français, de l'italien, de l'espagnol et de l'allemand vers l'anglais. Baptisé "Infoscope", le projet a déjà été adopté par l'équipe des Human-Computer Interactions d'IBM qui envisage le développement rapide de cette technologie, notamment dans le cadre d'utilisations liées au GPS. [New York Times 14/03/02 : Point, shoot and translate into English - www.adit.fr].

Retour à la liste

Dématérialisation : les news en direct d'une "boîte virtuelle".
Située à Little Rock (Arkansas), Equity Broadcasting est l'une des premières chaînes de télévision de taille modeste à s'être lancée dans l'utilisation de décors virtuels adoptés désormais par de nombreuses chaînes de télévision. Grâce à cette technique, les présentateurs sont assis dans une pièce dont les murs, de couleur bleue, sont équipés de repères. En outre, des capteurs sont disposés dans l'axe central autour duquel la caméra peut être actionnée. Un puissant système de génération d'images graphiques du type Silicon Graphics projette l'ambiance souhaitée : un salon confortable pour une émission intimiste ou encore un studio dont les caractéristiques peuvent être modifiées selon la langue parlée par le présentateur. Si ce dernier ne bouge pas de sa place assise, il en coûtera 50 000 dollars pour l'installation d'un système proposé par des entreprises comme Orad ou Devlin Design. En revanche, s'il souhaite se déplacer dans la pièce, ce qui nécessite une cartographie détaillée de l'espace virtuel, l'investissement s'élèvera à 250 000 dollars. Grâce ces "boîtes virtuelles" particulièrement flexibles, les chaînes de télévision peuvent ainsi amortir leur investissement initial et travailler comme si elles disposaient de grands studios. [New York Times 14/03/02 : Where the news, but almost nothing else, is real - www.adit.fr].

Retour à la liste

Innovation : in Tchernobyl veritas !
En travaillant sur les empreintes radioactives, des chercheurs de l'université de Bordeaux et de la Répression des fraudes ont trouvé la réplique aux arnaques sur les millésimes >>>

Retour à la liste

Droit et Société : Le Pen peine à trouver les signatures d'élus qui lui ouvriront l'accès à l'élection présidentielle.
Un exemple simple de confusion entre le cadre juridique et le contenu politique.
Le refus de ses adversaires est peut-être injuste... mais surtout, en référence même à leur propre logique, il est stupide et dangereux.

  • Pour commencer, la confusion est sémantique : les signatures ne sont pas de soutien mais de parrainage. On ne dit pas qu'on l'aime, mais qu'on reconnaît son aptitude à concourir. Mon humanisme ne trouve pas d'écho appétissant dans les options de ce Monsieur pour qui je ne suis pas près de voter - ça, c'est l'aspect politique, qui a trait au jeu lui-même. Mais, entre autres raisons, les millions de voix qu'il a obtenues dans le passé me semblent légitimer amplement son aptitude à concourir ; si j'étais élu, je ne verrais pas de raison de lui refuser ma signature - ça, c'est l'aspect juridique, qui a trait à la règle du jeu.

  • Par ailleurs, la démarche de rejet relève d'une analyse à courte vue. Sans approfondir, élargissons un peu la perspective :Les sources du  Pen je préfère que, quels qu'ils soient, les extrémistes s'expriment dans le cadre des institutions, que leurs partisans puissent démocratiquement et pacifiquement exprimer leur choix, qu'on puisse les compter, etc. plutôt que les rejeter dans une expression non démocratique... et probablement musclée ! Pire : je serais alors obligé d'admettre que c'est légitimement qu'ils menaceraient cette démocratie qui illégitimement leur aurait refusé le droit à une expression conforme aux règles du jeu déclarées applicables aux autres mais pas à eux : au nom de quoi attendrait-on qu'ils reconnaissent des institutions qui ne veulent pas les reconnaître ? Et si nous les jetons ainsi hors de notre cadre institutionnel, ils devront s'insérer dans un autre cadre... défini par eux... et dont on peut tout redouter...
    C'est d'ailleurs ce que disait déjà John Stuart Mill... Déclaration exclusive de Stuart Mill à notre reporter
Retour à la liste

Propriété intellectuelle : la Commission européenne a présenté une proposition visant à renforcer la protection des indications géographiques et des appellations d'origine des produits et denrées alimentaires agricoles. Cette proposition devrait améliorer la reconnaissance desdits produits sur les marchés internationaux. La Commission suggère également d'insérer le vinaigre de vin dans la liste des produits susceptibles d'être protégés et d'en retirer l'eau minérale. [IP-02-422 15/03/2002]

Retour à la liste

Images numérisées : zoomer sans perdre l'image globale.
Les graphistes tout comme les utilisateurs du GPS savent que l'utilisation du zoom pour mieux voir les détails d'une carte numérisée entraîne une perte de la vision globale. Afin d'éviter cet inconvénient, des ingénieurs du Palo Alto Research Center, l'ancien Xerox PARC, ont développé un système combinant un moniteur plat équipé d'un écran en PVC et un projecteur. Ce dernier, situé derrière l'utilisateur, transmet une image à basse résolution à la surface de l'écran tandis que le moniteur montre les détails de la section choisie. Appelée "focus-plus-context", l'image ainsi obtenue ne comporte aucune "couture". Lors de tests consistant notamment à lire un plan de ville, cette solution s'est montrée d'une remarquable efficacité. Les chercheurs du PARC envisagent d'ores et déjà d'appliquer cette technique aux vidéoconférences et à l'enseignement à distance. [New York Times 14/03/02 : In a seamless image, the great and small - www.adit.fr].

Retour à la liste

Le MIT planche sur l'uniforme militaire du 21e siècle.
L'Armée américaine vient de verser cinquante millions de dollars à l'Institute for Soldier Nanotechnologies du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le cadre d'un programme d'une durée de cinq ans dont l'objectif est de développer un nouvel uniforme pour les soldats américains. Il s'agit de concevoir un vêtement capable de détecter toutes les menaces potentielles du terrain et de protéger celui qui le porte non seulement contre les projectiles mais aussi contre les armes chimiques et biologiques. Au cours d'une première étape, les chercheurs de l'Institut vont perfectionner le textile lui-même, notamment en y intégrant des nanoparticules qui réagissent à la lumière ambiante et permettent aux soldats, tout comme le caméléon, de se fondre dans le paysage. Grâce à des microcapteurs, disposés à l'intérieur du textile, toute trace de sang sera aussitôt détectée. Le textile appliquera alors une pression sur la blessure. [Wall Street Journal 14/03/02 : Army awards MIT a grant to build high-tech uniform - www.adit.fr].

Retour à la liste

Lawrence Lessig, pourfendeur des nouveaux monopoles du Net.
Ce professeur de droit de Stanford s'est spécialisé sur les enjeux politiques et juridiques de l'Internet. Pour lui, la privatisation du Réseau menace la liberté d'expression, les libertés individuelles et entrave l'innovation - Le Monde interactif, 14 mars 2002 >>>

Retour à la liste

Sécurité : après Echelon – le système d’écoute mondial posé par la NSA - et Magic Lantern, le "mouchard" anti-terroristes du FBI qui divise le monde des chasseurs de virus, voici Dirt (Data Interception by Remote Transmission), un logiciel d’espionnage en vente libre, capable de surveiller chaque programme bureautique et la moindre frappe clavier, le tout à distance et via une interface HTML. Loin du contre-projet Magic Lantern "Open Source" que comptent lancer quelques défenseurs des libertés individuelles, Dirt est un programme commercial (protégé par clef USB) faisant appel aux instincts les plus bas du voyeurisme humain. Il est nécessaire de connaître son existence pour s’en protéger éventuellement… [reseaux-telecoms.net 14/03/2002].

Retour à la liste

CEO Link, un réseau pour relier les décideurs en cas d'urgence.
Au cours des jours qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001, les responsables du Business Roundtable - un organisme qui réunit environ 150 présidents d'entreprises générant plus de 3 500 milliards de dollars de chiffre d'affaires par an - se sont portés volontaires pour concevoir un réseau de communication capable de réagir efficacement lors de crises économiques provoquées par des actes terroristes ou des catastrophes naturelles. Les chercheurs d'AT&T développent actuellement ce système, baptisé CEO Link, constitué d'un réseau de communications sans fil et d'un site Internet sécurisé. Opérationnel d'ici six semaines, ce système sera limité pour commencer aux responsables concernés et au gouvernement fédéral, mais devrait être étendu rapidement aux gouvernements locaux et aux responsables d'entreprises moins importantes. Ce développement s'inscrit dans les perspectives définies par Tom Ridge, le Directeur de la National Homeland Security Strategy qui rappelle que la majeure partie de l'infrastructure critique du pays est entre les mains d'entreprises privées et non du gouvernement fédéral. [Washington Post 13/03/02 : CEOs plan network to link them in attack - www.adit.fr].

Retour à la liste

Implantation industrielle, autorisation administrative, taxe professionnelle, chantage d'une commune sur une entreprise...
La cimenterie Calcia d'Airvault souhaite s'agrandir de 300 ha sur la commune d'Assais-les-Jumeaux. Le maire bloque le dossier tant que l'entreprise n'aura pas versé l'équivalent de 152 450 euros à la commune. Les élus d'Assais trouvent injuste qu'Airvault ait touché 983 266 euros de taxe professionnelle alors qu'Assais n'a touché que 7 308 euros. (Nouvelle République, Courrier de l'Ouest, 13/3/02).

Petite illustration, parmi tant d'autres, d'une tendance lourde : qu'on le veuille ou non, on n'échappe pas - et on échappera de moins en moins - à la communication stratégique...
Retour à la liste

Le téléphone mobile, prochaine cible pour les hackers.
Au fur et à mesure que le téléphone cellulaire se métamorphose en "smartphone", un outil permettant d'adresser et de recevoir des courriers électroniques, de naviguer sur Internet et de télécharger des logiciels, il devient de plus en plus en plus sensible aux attaques des hackers tout comme l'ordinateur. Les téléphones de dernière génération comme le Nokia Communicator, le Handspring Treo, le Motorola Java Phone et le Mitsubishi Trium-Mondo représentent donc autant de nouvelles cibles pour le piratage informatique. Le système d'exploitation utilisé dans les portables Palm a déjà fait l'objet d'attaques, quant à Microsoft, ses responsables prédisent ouvertement que de nouveaux virus informatiques capables de s'attaquer à ses logiciels Pocket PC feront bientôt leur apparition. [San José Mercury News 10/03/02 : Hackers' next target ? Cell phones - www.adit.fr].

Pour en savoir plus... La solution pour s'éviter tous ces tracas ? >>>

Retour à la liste

"A la française" : le dirigisme au service du marché...
La loi sur les 35 heures, qui avait démarré sous la forme d'une grande réforme sociale, se révèle n'être qu'un grand bluff. Au lieu d'avoir conféré davantage de justice sociale au marché du travail, ce que l'on est en droit d'espérer d'un gouvernement de gauche, Jospin a accompli ce prodige apparemment paradoxal : il a libéralisé le marché grâce au dirigisme d'Etat. (Dorothea Hahn, Correspondante à Paris du Tageszeitung, Courrier International 07/03/02)

Voir aussi...On demande au droit une réponse à un problème qu'il ne peut résoudre... >>>

Retour à la liste

Savoir être cadre aujourd'hui : dossier de l'Usine nouvelle + enquête (PDF 151 Ko).
Autonome, pédagogue, compétent. De préférence communicant, convaincant et meneur d'hommes. Avec, enfin, la capacité à animer des réunions, participer à des groupes de travail transversaux et réagir aux urgences. Voilà le profil type du cadre, tel qu'il ressort du sondage Sociovision-Cofremca-Usine Nouvelle. Pièges de l'information : bogues et managers submergés Pour 86 % des cadres interrogés, "travailler dans l'urgence" est une situation à laquelle ils sont très souvent ou souvent confrontés. Et des exercices tels que "convaincre, négocier" et "organiser leur propre travail" occupent une place de plus en plus grande dans leur emploi du temps, alors qu'ils sont de moins en moins nombreux à "prendre du recul pour réfléchir".
Aujourd'hui, ce que demandent les entreprises, ce sont, avant tout, des cadres capables de piloter leur équipe comme un hors-bord et pas comme un paquebot pour s'adapter à un environnement très changeant tant interne qu'externe. Le reste passe après... >>>

Voir aussi... Managers débordés : trop de techniques, pas assez de méthode... >>>

Retour à la liste

Le difficile partage de l'information et des résultats.
Une étude menée par le Massachusetts General Hospital et publiée dans le Journal of the American Medical Association révèle qu'un généticien sur cinq, interrogés à cette occasion, déclare avoir été obligé d'abandonner un projet de recherche, faute de pouvoir accéder aux informations détenues par ses collègues. Dans ce contexte, la plupart des revues exigent désormais que les auteurs publiés mettent leurs données à la disposition de leurs collègues. Quant aux boursiers des National Institutes of Health (NIH), ils doivent partager leurs résultats avec la communauté scientifique. Tout comme d'autres institutions scientifiques, les NIH mettent en place des banques de données en ligne totalement gratuites et espèrent qu'à terme leur PubMed Central garantira l'accès libre à tout article scientifique jamais publié. [Boston Globe 05/03/02 : Scientists say sharing of key data has slowed - www.adit.fr].

Retour à la liste

Jeu à plusieurs : pétroliers, agriculteurs et écologistes proches d'un consensus sur l'éthanol.
En 1995, le gouvernement fédéral a imposé un taux minimal d'oxygène dans la composition de l'essence afin d'obtenir une combustion plus propre. Hélas, le produit utilisé à cet effet, le MTBE (Methyl Tertiary-Butyl Ether), s'est avéré être un polluant important de l'eau. Au cours de la même période, les Etats à vocation agricole ont essayé de promouvoir l'utilisation de l'éthanol, produit essentiellement à partir du maïs et considéré comme un complément de l'essence. Si cette orientation a fait l'objet d'une contestation très forte de la part de l'industrie pétrolière et des producteurs de méthanol, une nouvelle loi, actuellement en discussion au Sénat, semble conduire à un consensus. Le MTBE serait alors abandonné, décision qui satisfait les défenseurs de l'environnement, tandis que la quantité d'éthanol présente dans l'essence serait triplée, une véritable aubaine pour l'agriculture. Néanmoins, l'industrie pétrolière conserverait une flexibilité vis-à-vis de l'utilisation de l'éthanol, les raffineries ne l'utilisant pas ayant alors la possibilité d'échanger des points de crédit avec les raffineries qui l'intègrent à leurs carburants. [Washington Post 01/03/02 : Preliminary deal on ethanol plan - www.adit.fr].
Retour à la liste

Google teste un moteur de catalogues de vente par correspondance.
Après la recherche classique par mots clés dans les pages HTML, la recherche étendue aux documents Word, Excel ou PDF lancée à la fin de l'année dernière, Google inaugure aux Etats-Unis l'ouverture de son moteur de catalogues. Cette nouvelle activité est en ligne, en version beta à l'adresse http://catalogs.google.com/. Ce moteur s'appuie exclusivement sur le contenu de quelques 1 500 catalogues "papier" provenant de 600 vépécistes américains (1-800-Flowers.com, Allen Brothers, Barrons, Sears, Spiegel...). Google a donc scanné page par page l'ensemble des catalogues. Chaque requête effectuée par l'internaute (en anglais pour l'instant) débouche ainsi sur une liste de résultats où sont présentées visuellement les pages des 1 500 catalogues contenant le ou les mot(s)-clé(s). Les pages des catalogues, présentées sous forme de vignettes, sont adossées à des zooms sur la partie du texte répondant à la requête de l'internaute. Chaque page peut être agrandie individuellement. Le nouveau moteur permet alors de se promener directement dans chaque catalogue en feuilletant page par page l'ensemble de l'offre. Pour Google, ce moteur de catalogues s'annonce surtout comme un virage en faveur de revenus autres que publicitaires. Le moteur ne cache pas sa volonté de faire payer à terme les vépécistes sur ce nouveau service. Chaque page de catalogue affichée renvoie ainsi directement sur le site du vépéciste (si celui-ci en possède un) et sur l'article concerné. En attendant de mettre en œuvre ce modèle, Google prône la gratuité sur ce nouveau moteur. Une façon pour lui d'affiner l'outil selon les besoins des internautes. A noter également que Google a été plébiscité par les internautes à l'occasion du Palmarès des meilleurs outils de recherche francophones en 2001 (réalisé en partenariat par Abondance, Brioude Internet et journal du Net) en se classant premier des 5 catégories dans lesquelles il concourrait (meilleur moteur de recherche, meilleur portail de recherche, outil le plus innovant, outil ayant la meilleure réactivité auprès des webmasters et meilleure interface utilisateur). [Lettre FEVAD, mars 2002].

Février 02

L'Irlande dans le top 20 des pays "branchés".
Un rapport de l'université d'Harvard, à paraître fin mars, classe l'Irlande au 19e rang mondial pour sa capacité a exploiter les technologies de l'information, juste devant le Japon. La première place de ce classement est occupée par les Etats-Unis tandis que la France se place au 24e rang. Les points forts irlandais sont la force de l'industrie informatique, la modernité de l'approche gouvernementale (tous les achats publics sont fait en ligne), et son capital social, tandis que ses points faibles sont les infrastructures générales et la politique globale concernant les NTIC. [BE Irlande 1 fév. 02 - Ambassade de France - www.adit.fr].
Retour à la liste

Le télépaiement disponible sur des montres.
Connue sous le nom de Speedpass aux Etats-Unis, la technologie du télépaiement est actuellement testée dans l'Illinois par l'entreprise Timex de Middlebury (Connecticut) dans le but d'être intégrée à ses montres bracelet. Il suffit alors de passer l'une de ces montres dotées d'un transpondeur à fréquences radio devant un capteur électronique installé dans une station service Exxon ou Mobil, ou dans l'un des 400 restaurants McDonald de la région de Chicago, pour débiter le montant de la facture sur la carte de crédit choisie par le consommateur. Timex compte bientôt commercialiser ces montres à un prix compris entre trente et cinquante dollars. [Washington Post 27/02/02 : Timex watch incorporates speedpass - www.adit.fr].
Retour à la liste

Communication non verbale, biologie du comportement... Phéromones : un rôle plus complexe qu'il n'y paraît.
En présence d'une autre souris, une souris mâle est génétiquement programmée pour l'attaquer, s'il s'agit d'un autre mâle, ou la séduire si c'est une femelle. Une biologiste de l'Université de Harvard réalisant une expérience avec des souris mâles, dont l'organe voméronasal, qui permet l'analyse des phéromones, avait été génétiquement désactivé, s'attendait à voir ces animaux rester indifférents en la présence d'une femelle. Or les mâles se comportaient normalement, les phéromones ne semblant pas jouer le rôle que les chercheurs leur attribuent jusqu'à présent. Développés pour enregistrer les émissions sonores des chauves-souris, des microphones ont permis à cette biologiste de découvrir que les souris mâles émettent des ultrasons ressemblant à ceux des souriceaux. La prochaine étape de ces travaux, dont les résultats sont publiés dans le dernier numéro du mensuel Science, consistera à observer la réaction aux phéromones de femelles dont l'organe voméronasal aura été désactivé. [New York Times 26/02/02 : Fight or woo ? Sex scents for a male mouse - www.adit.fr].
Retour à la liste

De l'importance de la "gymnastique" cérébrale.
Neuron publie les résultats d'une étude menée par le Howard Hughes Medical Institute de l'Université Washington à St. Louis (Missouri). Celle-ci a consisté à observer, à l'aide de l'IRM, l'activité cérébrale chez des volontaires, âgés de 70 à 90 ans, lors de tâches de mémorisation, et à comparer les résultats obtenus à ceux enregistrés avec des personnes âgées d'une vingtaine d'années. Les chercheurs ont ainsi constaté que les régions frontales, dont le rôle est très important dans le processus de mémorisation, étaient moins sollicitées chez les personnes les plus âgées. En revanche, lorsque ces mêmes volontaires mémorisaient des mots en utilisant un procédé d'association du type mnémotechnique, leurs performances se sont immédiatement améliorées, l'IRM indiquant alors l'implication de zones plus étendues du cerveau dans ce processus de mémorisation. [New York Times 26/02/02 : Therapies : bench presses for older people's brains - www.adit.fr].
Retour à la liste

Zoom arrière...Décalage objectifs/moyens : les contradictions du futur budget de la défense US.
Selon le président Bush, la hausse spectaculaire des dépenses militaires américaines se justifie par la "guerre contre la terreur" lancée par les États-Unis à l'encontre des auteurs des attentats du 11 septembre. Or, le financement de certains programmes présentés comme prioritaires dans le nouveau budget 2003 n'est pas cohérent avec l'objectif affiché. En effet, les États-Unis continueront d'avoir recours à des systèmes d'armes dont il est apparu avec la campagne d'Afghanistan qu'ils étaient inappropriés aux conflits dits "asymétriques" - lesquels devraient être désormais les plus fréquents. (Technologies Internationales, février 2002).


Conflit asymétrique : dessin de Tybo >>>

Retour à la liste

Société en réseau, logiciels libres, NTI... : Alliance du "Grid Project" et des services Internet.
L'utilisation du calcul réparti permet aux chercheurs du monde entier de travailler ensemble sur des projets comme le programme SETI. Aujourd'hui, le "Grid Project" vise à élargir l'utilisation du calcul réparti à des services Internet. Ces services permettraient, par exemple, à la base de données d'une entreprise de dialoguer directement avec celle d'un fournisseur, ou au calendrier d'un assistant personnel d'un particulier de prendre un rendez-vous chez le médecin. Baptisé "Globus", le logiciel sur lequel repose le calcul réparti utilise un code source libre. A l'occasion du Global Grid Forum qui se tient à Toronto, des scientifiques ont présenté un plan pour intégrer à Internet ce Globus Project, dirigé par l'Argonne National Laboratory de Chicago, l'Information Sciences Institute de l'University of Southern California et des chercheurs d'IBM. Big Blue annoncera bientôt son soutien à ce programme et devrait être rejoint par Platform Computing, Entropia, Avaki et Microsoft. Si l'utilisation de source libre va à l'encontre de la stratégie de Microsoft, la firme de Bill Gates semble néanmoins séduite par la perspective de voir s'élargir le marché global des logiciels. [New York Times 19/02/02 : Grid project to wed web services - www.adit.fr].
Voir aussi... Une société en réseau...
Retour à la liste


Des boules de papier dont le comportement passionne les chercheurs.
Les boules de papier lancées en classe par les enfants intriguent beaucoup les chercheurs. En effet, ces derniers ne parviennent pas à expliquer les mécanismes qui permettent à ces petites structures de développer une exceptionnelle résistance. C'est au cours des années 1980 que des chercheurs de l'Université de Harvard, en collaboration avec l'Université de Tel Aviv (Israël) et le Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont réalisé les premières expériences pour comprendre ces phénomènes complexes. Aujourd'hui, deux physiciens de l'Université de Chicago reprennent la discussion de ces travaux dans un article publié dans le dernier numéro de Physical Review Letters. Selon ces chercheurs, lorsqu'on déplie une boule de papier, il ne subsiste que des crêtes et des plis. Reste à savoir où réside l'énergie dans cette boule. Certains chercheurs estiment qu'elle est concentrée principalement dans les "sommets", d'autres penchent pour les crêtes. Les expériences les plus récentes montrent que l'effet d'affaissement est continu, un résultat qui étonne tous les théoriciens puisqu'on observe un phénomène identique avec des liquides visqueux. A terme, ces travaux pourraient contribuer à mieux comprendre des phénomènes observés lors de la rencontre de plaques tectoniques ou l'apparition de rides sur les parois des cellules. [New York Times 19/02/02 : Learning lessons from wads of paper - www.adit.fr].

... une analogie intéressante avec certains processus d'influence que nous connaissons en communication stratégique !

Retour à la liste


USA : création d'un laboratoire pour le développement du télétravail.
L'association internationale du télétravail (ITAC), basée a Washington, estime qu'environ 28 millions d'employés participent à certaines formes de travail à la maison, sur la route ou pendant des conférences ; une étude récente de la George Mason University montre qu'une augmentation de 1% de la "force de télétravail" dans la région de Washington entraînerait une réduction de 3 % des embouteillages. Le Software Productivity Consortium basé en Virginie a reçu récemment 3,4 millions de dollars de financement fédéral pour la création d'un laboratoire de démonstration des techniques de télétravail. L'intérêt pour cette tendance s'appuie également sur un nouveau décret fédéral qui exige que 25% des employés des agences gouvernementales susceptibles de travailler a distance se voient offrir des services de télétravail sur les trois prochaines années. Le laboratoire devrait permettre d'offrir des technologies de présence virtuelle en s'appuyant sur les infrastructures de réseau a hauts débits et sur un logiciel de "partage d'espaces de travail interactif" développé par la société Groove, dans laquelle Microsoft a investi 51 millions de dollars en octobre dernier. Cependant, malgré des opérations ponctuelles proposant des réseaux de distribution tout optique comme le "e-village" de Verizon, le dernier kilomètre souffre en général d'un débit lent et d'une architecture asymétrique (débit descendant plus important que le débit montant) particulièrement pénalisants pour le télétravail. De plus, l'institut pour la gestion de la connaissance d'IBM constate que le travail à distance ne produit pas le "capital social" observé dans un bureau classique où les relations directes favorisent la créativité et la productivité, et estime que finalement peu d'employés devraient être concernés par cette nouvelle pratique. (Source : Mission pour la Science et la Technologie aux Etats-Unis).

Voir aussi... Du télétravail au télémanagement...
Retour à la liste


Interculturalité - Nouveau regain pour la théorie de Whorf.
Au début du 20e siècle, le linguiste Benjamin Lee Whorf a étudié la langue des Hopis du Sud-Ouest américain et en a conclu que ces indiens possédaient une autre conception du temps que leurs voisins d'origine européenne. Quasiment discréditée, cette théorie connaît un nouveau regain chez certains linguistes qui souhaitent vérifier si des sujets perçoivent l'espace et le temps différemment selon qu'ils parlent le mandarin ou l'anglais, par exemple. Certains chercheurs vont jusqu'à estimer que des variations, même subtiles, pourraient affecter des domaines aussi différents que le génie civil ou les mécanismes de mémorisation d'événements. Ces travaux prometteurs ont été présentés lors de la réunion de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) à Boston. [Boston Globe 14/02/02 : Debate opens anew on language and its effect on cognition - www.adit.fr].
Voir aussi... Chocs de cultures...
Retour à la liste


Mieux comprendre les émotions "négatives".
Le dernier numéro des Proceedings of the National Academy of Sciences publie les résultats d'une étude menée par des chercheurs de l'Université Vanderbilt, de l'Université du Minnesota et du Veterans Affairs Medical Center de Minneapolis, et visant à analyser, à l'aide de différents tests, les grands traits de la personnalité de chacune des 80 personnes constituant l'échantillon. Durant un mois, les chercheurs ont soumis les différents sujets à des situations identiques de stress ou de risque et ont mesuré les modifications du flux sanguin dans le cerveau de chacun d'eux à l'aide de techniques d'imagerie médicale. Ces examens indiquent que si de nombreuses régions cérébrales sont impliquées dans le traitement des émotions, une région particulière connue sous le nom de cortex préfontal ventromédial, semble jouer un rôle de régulateur des émotions "négatives" (anxiété, irritabilité, colère). Les chercheurs soulignent par ailleurs que les personnes présentant des lésions situées dans cette région du cerveau sont capables d'évaluer des situations à risque, mais ne peuvent y répondre d'une manière émotionnelle qui les pousserait à les éviter. [Washington Post 12/02/02 : Brain part appears to accentuate negativity - www.adit.fr].
Retour à la liste


L'Etat français primé au palmarès des Big Brother Awards.
Les Big Brother Awards, prix sanctionnant les institutions suspectées de porter atteinte à la vie privée, ont été remis, lundi 28 janvier, par une dizaine d'associations françaises. Mandatées par l'organisation non gouvernementale Privacy International, les associations ont décerné un prix à l'administration pénitentiaire, dans la catégorie service public, pour la "dégradation de la sphère privée des détenus dans les prisons françaises ". Navigo, le futur ticket électronique testé par la RATP, a été primé dans la catégorie "produits", accusé de permettre un suivi "à la trace" des usagers. La municipalité de Mantes-la-Jolie (Yvelines) a été élue pour "la mise sous surveillance des commerces de la seule place publique" du quartier du Val-Fourré. Le gouvernement a reçu le prix spécial du jury pour "l'ensemble de son œuvre", en particulier la loi sur la sécurité quotidienne. (Le Monde 1/2/02)

Si la société Cegedim est inconnue du grand public, l'inverse n'est pas forcément vrai, car cette société leader européen de l'information médicale collecte auprès des médecins une somme impressionnante de renseignements sur leurs patients qu'elle obtient par le biais de leur ordinateur. Celui-ci est "offert", ainsi que le logiciel qui l'accompagne, et télétransmet automatiquement à la maison-mère les si précieuses informations qui alimentent une gigantesque base de données.
Un bien beau palmarès au total, équilibré, récompensant jeunes premiers et vieux chevaux de retour, annonciateur d'une future société orwellienne tout à fait radieuse. Pour nous en prévenir malgré tout, les organisateurs ont tenu à féliciter par la remise du "prix Voltaire", les voix qui ont su s'élever cette année contre une telle évolution. (Homo Numericus, fév. 02)
Voir aussi... Essor des groupes, technocratie, aspirations des personnes...

Janvier 02

Le cyberterrorisme, visant à mettre à bas les systèmes informatiques des pays développés, aurait-il trouvé son arme absolue ? ? ?

1/ Thèse... [attention : INTOX !] Un rapport "confidentiel" -> Sourceenvoyé à des instances nationales chargées de la sécurité informatique ainsi qu'à Interpol l'affirme. Ses auteurs, experts en sécurité en informatique, ont même choisi un nom pour ce supervirus informatique. Ils l'ont appelé "Good Luck"... Particulièrement furtif, Good Luck aurait une capacité de nocivité sans égal s'il était exploité de manière systématique par des organisations terroristes, analysent ces experts. La délinquance informatique atteint des coûts aujourd'hui considérables. On a parlé de plusieurs milliards de dollars pour le seul virus ILOVEYOU. Plus inquiétant, on constate une recrudescence vertigineuse des attaques de pirates... "De tels scénarios catastrophes peuvent paraître grossiers lorsqu'on les prévoit, mais qui aurait imaginé, il y a encore quelques mois, ce qui s'est passé le 11 septembre ?", conclut le rapport, qui ajoute que les éléments techniques annoncés sont bien concrets. Il prédit une vague de terrorisme d'un genre nouveau à l'impact jamais vu jusque-là dans le monde informatique si rien n'est fait pour stopper le développement de Good Luck... Suite > > >
Le Figaro économie, 30 janvier 2002
-> Source

2/ Antithèse... Ce virus est en fait le produit d'une opération de communication particulièrement maladroite menée par un éditeur d'antivirus français... Suite > > >
Secuser.com -> Source

Un hoax est une fausse nouvelle qui se propage en se servant d'une vulnérabilité humaine bien connue : la peur de la menace. Cette fois-ci, elle se trouve diffusée à l'aide de pratiques marketing plutôt douteuses... Suite > > >
Journal du Net -> Source

3/ Synthèse... Hoax + virus = pratiques dégénérées de la communication stratégique.

Retour à la liste


Maîtres du monde, avez-vous la maîtrise de votre maîtrise ? ... Quand les "conditions écologiques de l'art" sont détruites, l'art et la culture ne tardent pas à mourir... Réintroduire le règne du "commercial" dans des univers qui ont été construits, peu à peu, contre lui,-> lire le discours c'est mettre en péril les œuvres les plus hautes... Identifier la recherche du profit maximal à la recherche du public maximal, c'est s'exposer à perdre le public actuel sans en conquérir un autre... La qualité peut, au moins à terme moyen, être rentable, même économiquement - à condition de pouvoir compter sur les services d'un système éducatif efficace...
P. Bourdieu - homme-moderne.org
-> Source
Retour à la liste


Vivendi-Universal présente : Jean-Marie MESSIER, le grand manipulateur.
Imaginons un jeune de Saint-Etienne dans les instants les plus banals de sa vie. Il boit un verre d'eau, téléphone en faisant le 7, fait ses devoirs avec des manuels Nathan ou Bordas, cherche un mot dans le Larousse, une précision dans le Quid. Il lit L'Etudiant pour s'orienter, écoute un CD de Nirvana ou d'Eminem, s'en va au cinéma voir Mulholland Drive ou Un homme d'exception.Cliquer pour agrandir l'image De retour, il se met à son ordinateur, où son petit frère jouait à Adibou, introduit Diablo II, puis se connecte sur le site de jeu Flipside.com. A côté, son père laisse tomber L'Express et L'Expansion pour lire Le monde n'est pas une marchandise, de José Bové (éd. La Découverte), tout en écoutant un opéra de Verdi (Deutsche Grammophon). Il allume la télévision. Après un bref passage sur i>télévision, il zappe sur Canal+ puis s'arrête sur un documentaire de Planète diffusé par CanalSatellite. Avant d'aller se coucher, il descend les poubelles collectées par Onyx. Sa femme revient en tramway (exploité par Connex) du cinéma UGC, se connecte sur le site Internet Divento pour acheter des places pour Guy Bedos à l'Olympia et passe un coup de téléphone sur son portable SFR. Dans toutes ses activités, cette famille (vous peut-être ?) n'a pas quitté un seul instant Vivendi-Universal... > > >
Telerama.fr
-> Source
Retour à la liste


Des images subliminales à la télévision... Le CSA a dénombré 33 images subliminales de l'appareil photo jetable Kodak Fun dans un des épisodes d'une émission de télé-réalité de M6... > > >
Liberation.com
-> Source
Certes, à propos d'une telle émission, la question des images subliminales n'est pas la plus grave !
Ce n'est pas une raison pour s'en désintéresser...

Autre exemple de message subliminal... Voir aussi... l'avenir de la télé-réalité
  Retour à la liste


Al Qaida, un modèle de management. Imaginez une entreprise dont la structure a été conçue pour résister à n'importe quelle attaque... dont l'organigramme aurait oublié la hiérarchie... dont aucun établissement ne pourrait revendiquer le rôle de siège social... où l'information circule, mais divisée en "paquets" et suivant des circuits chaque fois différents... Une entreprise en réseau, construite sur le principe du filet de pêche, avec des "noeuds" de communication interconnectés...
Cette entreprise existe. Elle s'appelle Al Qaida. C'est le réseau terroriste nouvelle génération mis en place par Oussama Ben Laden... Si un "noeud" est détruit, l'information continue de circuler avec fluidité. "Des parties entières du réseau peuvent céder, mais le filet, lui, résiste toujours. On dirait une description d'Internet"... Un consultant américain, s'est penché sur le réseau unissant les 19 terroristes du 11 septembre. Après de savants calculs, il est arrivé à la conclusion qu'il aurait fallu détruire 21 % de l'organisation pour arrêter l'entreprise mortelle des 19 hommes : un chiffre considérable "lorsqu'on sait que, dans une structure hiérarchique traditionnelle, il suffit de viser un petit 5 % pour obtenir le même résultat"... Promon, l'une des plus grandes sociétés brésiliennes de haute technologie, "songe sérieusement à adopter le principe organisationnel d'Al Qaida pour se restructurer"... Gérer la communication, mais aussi la sécuriser. Car "cette structure en filet est quasi indestructible" - surtout si "une confiance partagée et une conviction commune s'ajoutent à cette organisation".
.. > > >
Courrierinternational.com
-> Source
Voir aussi... Réseaux : quelques architectures élémentaires
Retour à la liste


Confusion, valeurs, règles, corporation, tyranneau de village...
Littérature érotique et exercice de la médecine sont incompatibles. Ayant publié un roman érotique, un médecin est sanctionné par le Conseil de l'Ordre : cet acte "nuit à l'image de la profession". Ce qui signifie que tout acte "privé" de tout médecin engage la profession dans son ensemble... et que l'Ordre se réfère à un "code moral" auquel ce monsieur a dérogé. Il serait intéressant de connaître le contenu de ce code - intéressant pour tous, mais plus particulièrement pour les médecins supposés y être soumis. Intéressant aussi de savoir quelles autorités, investies de quelle légitimité, ont adopté ce code ; de savoir si la profession y souscrit majoritairement ; de savoir pourquoi d'autres "déviances" ne sont pas sanctionnées : le médecin qui conduit en état d'ébriété, celui qui bat sa femme, celui qui fraude le fisc... ne nuisent-ils pas à "l'image de la profession" ?




















dessin d'Ituria
Sud-Ouest
Vianetinfo.com
Retour à la liste


Rémunération des élus : "les bizareries de l'écrètement" (cf. le Figaro, 7/1/02)
45 millions d'euros concourrent au financement public des partis politiques sans que personne n'en sache rien. Manque de transparence, donc. Et puis manque de franchise aussi, parce que si les élus cumulards insistent souvent sur le non-cumul des salaires, ils n'ont en revanche jamais expliqué à quiconque une combine qui, soit dit en passant, a un petit goût de clientélisme. Enfin, manque de respect de la loi elle-même : la somme supérieure au plafond ne peut pas être versée à d'autres élus, sinon la notion même de plafond disparait.
Manque de transparence, manque de franchise, irrespect de la loi par ceux qui la font : voilà le socle sur lequel repose la méfiance qu'éprouvent beaucoup de Français vis-à-vis de leurs responsables politiques. Il est facile de changer ça. Il suffit d'arrêter de cacher, de mentir et de respecter enfin la parole donnée. Alors, la confiance reviendra et la démocratie française entrera dans cette modernité qui lui fait tant défaut aujourd'hui.

L'argent caché des élus Jean-Michel Apathie, France Inter-> Source
Retour à la liste



dessin de Jean Veenenbos, Neue Zürcher Zeitung mars 2002
Programme de travail de la Convention présidée par VGE. Ayant rappelé qu'à 25 ou 30 pays membres "le système actuel cesse de fonctionner", l'ancien président français a indiqué que la Convention comporterait trois étapes : "La première sera une période d'écoute, d'enquête, pour identifier le contenu de l'attente et du besoin d'Europe des peuples. La seconde étape pourrait consister à rendre cohérentes les différentes propositions avancées pour organiser l'Europe, à dévider jusqu'au bout l'écheveau de leurs conséquences. Et la troisième consisterait, pour la Convention, à comparer les avantages et les inconvénients de ces formules, à exprimer le cas échéant une préférence, voire à articuler sa propre proposition".... > > >
Un premier galop d'essai pour la réforme des institutions européennes (LeMonde)
-> Source
-> accueil algoric.com version actuelle...

 

Retour à la liste Haut de la page Suite


 

Page d'accueilPage d'accueil - (c) Jean-Pierre Quentin www.algoric.com