algoric.eu > Biblio > Récents articles > Préalables pour ne pas se prendre les pieds dans le tapis > version PDF

-> Introduction...
/...

3 - Substitut ou complément... à condition d'associer sans mélanger

La complémentarité se joue naturellement. L'institution fournit l'ossature, la colonne vertébrale ; elle organise l'activité des services fonctionnels et opérationnels dans un cadre structuré, avec des relations hiérarchisées, favorisant l'efficacité pour tout ce qui a besoin d'ordre et de continuité. Des groupes de projet complètent ce dispositif pour réaliser une tâche particulière, limitée dans le temps, requérant l'association de compétences habituellement réparties dans différents services : concevoir un plan de formation, réaliser un prototype, gérer une crise. Parallèlement, des réseaux répondent à d'autres besoins particuliers, qui eux aussi requièrent des compétences dispersées au sein de l'entreprise, mais ces besoins sont plus permanents : par exemple, capter ou décoder des informations, assurer un suivi de relations.

Mais attention : associer ne signifie pas mélanger.-> Amalgames et confusions : apologie de l'irish coffee... Si la conception du plan de formation est confiée à un groupe de projet, celui-ci devra fonctionner comme tel et sortir de la logique hiérarchique de l'institution. De même pour le réseau en charge des relations avec les décideurs locaux, qui devra bien fonctionner comme un réseau et non comme un hybride que sa bâtardise dévitaliserait rapidement.

Parmi les particularités de chacun (voir encadrés) : le groupe de projet aura toujours une durée de vie limitée et, généralement, une composition stable - il faudra notamment veiller à garantir sa biodégradabilité, même s'il a envie de s'enraciner et de faire des petits. L'objectif et l'horizon du réseau sont plus permanents et sa composition plus diffuse, avec des membres "pour autant que de besoin" - on devra assurer sa géométrie variable même lorsque la cooptation par affinités voudra l'emporter sur le recrutement en référence aux finalités.

De façon générale, l'organisation en commando est la plus efficace pour les missions simples et le réseau est plus performant pour des opérations plus complexes. Pourquoi risquer de tout perturber avec un réseau quand le commando fait l'affaire ? Symétriquement, il est dangereux de demander à un commando de remplir toutes les fonctions d'un réseau complexe. Mais si, comme c'est trop souvent le cas, on fait un petit cocktail de tout ça, on est sûr de se prendre les pieds dans le tapis. Et parfois ça coûte très cher !

Suite .../


>> Télécharger le PDF imprimable (sur www.jp-quentin.net)

Sommaire et liens
Introduction
1 - Un même mot pour des réalités très contrastées
2 - Eviter l'individualisme gaulois et le centralisme jacobin...
3 - Substitut ou complément... à condition d'associer sans mélanger
4 - Logique de territoire et logique de projet
Encadré : Institution, projet, réseau

-> Actuellement disponibles...
Voir aussi...
>>> liste des récents articles
>>> d'autres développements en version imprimable
-> Bibliographie de Jean-Pierre Quentin...  

Les questions abordées ici en termes généraux ont des traductions opérationnelles
et des applications pratiques dans des actions d'accompagnement (conseil, formation, coaching)
élaborées et mises en œuvre avec nos partenaires >>> contactez-nous !
algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.eu . www.jp-quentin.net
Accueil Algoric Prestations Références Publications Thèmes Autre regard Globs Lettre