-> algoric.com...

algoric.eu > Biblio > Récents articles > Plus, mieux... et autrement !

Jean-Pierre Quentin / Technologies internationales n° 49, nov. 98 . Information & management :
version PDF
-> Source du dessin + zoom arrière...
Source du dessin + zoom arrière >>>
Plus, mieux... et autrement !


Pendant des décennies, avec l’héritage du taylorisme, le principal mot d’ordre des entreprises était de faire "plus". Puis le contexte a changé. Les entreprises ont adapté leurs objectifs et leurs modes de fonctionnement : le mot d’ordre est devenu "mieux", symbolisé par la démarche qualité. Aujourd'hui, les entreprises doivent tirer les conséquences des mutations liées à l’évolution de l’information, de sa place et de son rôle, qui impliquent des changements majeurs dans la gestion de et par l’information : il s'agit non seulement de faire plus et mieux, mais surtout "autrement"...

Le terme information désigne de façon générique l’ensemble des messages, signes ou symboles que nous échangeons.
Mais il se réfère aussi,
au sens où l’entendait
déjà Aristote, à la
capacité d’organisation, forme d’action créatrice consistant à
"informer la matière" pour donner du sens à l’action. Dans cette acception,
le terme information
désigne la matière grise, individuelle ou collective.
 

La Société de l’information n’est pas seulement celle où les échanges d’informations - c'est-à-dire de messages - se développent de façon exponentielle. C’est aussi celle où l’information, sous toutes ses formes, devient omniprésente, discriminante et incontournable.
Omniprésente, dans la mesure où l’information constitue à la fois la principale matière première de l’activité économique, l’instrument de base avec lequel l’entreprise travaille et l’un des premiers produits résultant de ce travail.
Incontournable, car avec la dématérialisation des activités, le prix d’un produit incorpore moins de coûts de matière que de coûts de recherche, de logiciels, de logistique, de conditionnement, de publicité…, c’est-à-dire d’information "globale", en termes à la fois de messages et de matière grise.
Discriminante, l’information l’a toujours été peu ou prou, en complément d’autres facteurs de production, approvisionnements, énergie, etc.
Le bon sens populaire a longtemps affirmé qu'à défaut d’être fort il fallait être malin, c'est-à-dire compenser sa faiblesse par le recours à la matière grise. Désormais, c’est la maîtrise de l’information qui rend plus fort : son caractère discriminant devient prépondérant.

En termes opérationnels, l’entreprise doit déployer beaucoup de matière grise aussi bien pour capter et traiter l'information, dans une démarche d’intelligence économique, que pour en émettre et dialoguer avec son entourage, dans une démarche de communication sophistiquée. La qualité de ces démarches conditionne de plus en plus la capacité concurrentielle.

Suite > La montée en puissance de l’information "globale" .../

>> Télécharger le PDF imprimable (sur www.jp-quentin.net)

Sommaire et liens
Introduction
1 - La montée en puissance de l’information "globale"
2 - L’exemple de l’automobile
3 - La communication n’est plus un simple auxiliaire
4 - La stratégie demande un autre regard
5 - Le management privilégie la transversalité
6 - De la performance individuelle à l’intelligence collective
Encadré 1 : Evolution des "modèles" d'entreprises
Encadré 2 : Quelques tendances d'évolution
-> Actuellement disponibles...
Voir aussi...
>>> liste des récents articles
>>> d'autres développements en version imprimable
-> Bibliographie de Jean-Pierre Quentin...  

Les questions abordées ici en termes généraux ont des traductions opérationnelles
et des applications pratiques dans des actions d'accompagnement (conseil, formation, coaching)
élaborées et mises en œuvre avec nos partenaires >>> contactez-nous !
algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.eu . www.jp-quentin.net
Accueil Algoric Prestations Références Publications Thèmes Autre regard Globs Lettre