Diffusion algoric.com . 2002-03 Dernières parutions Dernières livraisons

 

En principe une fois par mois,
cette lettre suggère de cultiver
les "réflexes lobbying", de voir large, 
de "penser autrement", etc.

Si vous souhaitez la recevoir, la faire adresser
à une autre adresse, à un ami, à un ennemi, etc.
merci d'indiquer les coordonnées ici
C'est dangereux - comme tout remue-méninges -
mais c'est gratuit...


- Confusions et désinformation : apologie de l'irish coffee ... août 2003 >>>
- Small restera-t-il beautiful ? ... juillet 2003 >>>
- "Si t'y es pas t'as tout faux" : l'entreprise, acteur de la vie publique ? ... juin 2003 >>>
- Entre sage-femme et tire-bouchon : le coaching à la façon d'Agatha Christie ... mai 2003 >>>
- Anticiper les risques : principe de précaution... ou vertu de prudence ? ... avril 2003 >>>
- La rumeur, entre pensée magique et désinformation ... mars 2003 >>>
- "Négociation" interculturelle : multilinguisme ou espéranto ? ... février 2003 >>>
- Pour une année décloisonnée ! ... voeux 2003 >>>
- Forme et fond : le riche et le pauvre ? ... décembre 2002 >>>
- Lobbyings d'hier et de demain ... novembre 2002 >>>
- Signaux blèmes et tendances fourbes ... octobre 2002 >>>
- L'information et ses pièges ... septembre 2002 >>>
Précédentes : 2000-01 2001-02


 

Août 2003
Apologie de l'irish coffee
Apologie de l'irish coffee

Si vous maintenez les couches séparées jusqu'au moment critique, vous savourerez la synthèse suave de multiples fragrances complémentaires... Sinon, le résultat aura le charme indescriptible d'une bouillasse immonde... Car un ensemble composite ne saurait être réduit ni à une juxtaposition d'éléments, ni à un mélange désordonné ! C'est pourtant ce qu'on fait à longueur de temps dans le débat public ou dans le jeu socio-économique... suite >>>

Version imprimable de l'article du mois dernier (téléchargement au format PDF, 63 Ko) :
Small peut-il encore être beautiful ? La question est moins celle du choix entre petite et grande dimension, que celle de leur articulation dans une démarche où il faut combiner petites structures et grands systèmes. Il ne s'agit pas de préférer la fédération de PME ou la transnationale déstructurée mais, pour chacune d'elles, de préciser les termes de la complémentarité entre ce qui relève respectivement du "grand" et du "petit"... >>>
Prochain article : apologie du café irlandais
Sommaire des précédents articles >>>

Le dessin du mois : Intelligence collective... >>> - Sommaire des dessins >>>

Léonard de Vinci et Boileau, René Goscinny et George W. Bush, Paul Claudel et Coco Chanel, entre autres : dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente

 

Juillet 2003
Small peut-il encore être beautiful ?
Small peut-il encore être beautiful ?

En période de changements rapides, l'avantage va aux petites entités, souples et réactives - mais à l'heure de la mondialisation, l'entreprise doit avoir une certaine dimension... La contradiction n'est qu'apparente : les choix d'une institution - comme de toute personne - dépendent moins de ses caractéristiques formelles que des systèmes dans lesquels elle s'insère et des stratégies des acteurs qu'elle y rencontre... suite >>>

Version imprimable de l'article du mois dernier (téléchargement au format PDF, 50 Ko) :
L'entreprise, acteur de la vie publique ? Autrefois, le maire administrait sa commune avec pour principaux interlocuteurs le préfet et les administrés-contribuables-électeurs. Aujourd'hui, il est tantôt animateur, tantôt médiateur, dans un faisceau de négociations et partenariats avec d'autres acteurs : c'est la gouvernance, nouvelle forme d'exercice d'un pouvoir partagé, impliquant une pluralité d'acteurs, publics et privés, institutionnels et marchands ou associatifs... >>>
Prochain article : apologie du café irlandais
Sommaire des précédents articles >>>

Le dessin du mois : A la plage... >>> - Sommaire des dessins >>>

Katharine Hepburn et Hippocrate, Honoré de Balzac et Alain Delon, Condorcet et Jim Harrison, entre autres : dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente

 

Juin 2003

"Si t'y es pas t'as tout faux" : l'entreprise, acteur de la vie publique ?

Pouvoirs publics et entreprises ont des rythmes différents, parfois même des logiques opposées. Pourtant, à des niveaux de préoccupation fondamentaux, les complémentarités l'emportent sur les divisions : leur interdépendance s'accroît, tant dans la réalisation de projets partagés que dans la participation aux instances où ils les élaborent en commun. Il a fallu ressusciter un vieux mot français, "gouvernance", pour qualifier ces nouvelles formes d'exercice d'un pouvoir partagé, qui se décline aussi bien au plan européen que dans le cadre de la décentralisation. Jusqu'à quel point la solidarité et la responsabilité doivent-elles conduire l'entreprise à sortir de son rôle économique ? suite >>>

Version imprimable de l'article du mois dernier (téléchargement au format PDF, 58 Ko) :
Le coaching à la façon d'Agatha Christie. Chaque fois qu'il va renoncer à résoudre l'énigme, il rencontre le mystérieux Mr Quinn. Après une aimable conversation, élémentaire mon cher, le mystère est percé ! Mr Quinn ne sait rien de la situation et se borne à poser des questions : le héros élabore lui même un cheminement qui le sort de l'impasse. Ni expert, ni prof, ni gourou, c'est un coach parfait... >>>
En juillet : small toujours beautiful ? - Sommaire des précédents articles >>>

Le dessin du mois : Empathie... >>>

Bras de fer entre soumis et insoumis, angoisse et conflit : le casse-tête actuel de la société française résumé par Boris Cyrulnik... Ont également prêté leur plume à cette édition, entre autres : Jean Yanne, Sirac le Sage, Jacques Chirac, Casimir Delavigne, Claude Roy, Doris Lessing - dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Mai 2003

Entre sage-femme et tire-bouchon : le coaching à la façon d'Agatha Christie

Le coaching est très prisé pour accompagner le management du changement. Il répond à d'autres besoins, aussi réels mais pas encore aussi bien perçus, liés à l'implication de l'entreprise dans des relations extérieures qui conditionnent de plus en plus ses résultats. Car l'efficacité dépend de la capacité d'adaptation aux dimensions "globale et locale" : d'un côté les réalités d'un vaste monde s'imposent à tous, d'un autre côté l'environnement de proximité compte un nombre croissant de jeux d'acteurs incontournables. La planète est le champ de la vision stratégique, le clocher est le lieu de la gouvernance ! Même conséquence dans les deux cas : bien qu'il n'y soit pas toujours préparé, le manager du 3è millénaire doit composer avec une complexité accrue qui le contraint à un autre regard sur des réalités différentes et à de nouvelles "gestions d'interfaces". Les apports d'expertise, de formation ou de conseil, sur lesquels il peut s'appuyer, doivent eux-mêmes s'adapter : dans ce contexte s'inscrit l'essor du coaching, qui doit proposer un accompagnement adapté à ces situations nouvelles... suite >>>

Sommaire des précédents articles >>>
Version imprimable de l'article du mois dernier (téléchargement au format PDF, 53 Ko) :
Anticiper les risques : principe de précaution... ou vertu de prudence ? >>>

En juin : public et privé ; en juillet : small toujours beautiful ?

Le dessin du mois : Surprise... >>>

Parmi les collaborations occasionnelles : François Rabelais, Cervantes, Jean Rostand, Gustave Courbet, Pablo Picasso, Howard Hawks, Jean-Paul Sartre, Jiddu Krishnamurti, Phyllis Boltome, Catherin Bugnard et bien d'autres - dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Avril 2003

Anticiper les risques : principe de précaution... ou vertu de prudence ?

Pourquoi notre société hyper-protégée s'auto-qualifie-t-elle si facilement de "société du risque" ? En partie parce que beaucoup de références évoluent simultanément : l'instabilité et l'incertitude sont anxiogènes et, dans certains cas, il s'agit moins de risque que de "sentiment de risque". Symétriquement, certains risques pourtant réels sont faiblement pris en compte, notamment dans le champ social entendu au sens large : sociétal, socio-culturel et politico-institutionnel. Il est d'autant plus déraisonnable de les minimiser que par ailleurs on exagère certains risques physiques ou techno-économiques. L'entrepreneur est par nature exposé au risque, qu'il a délibérément choisi d'affronter, et le devoir de prudence lui impose de s'interroger périodiquement sur l'émergence de nouvelles formes de risques. D'autres acteurs sont moins exposés, ce qui ne les dispense pas de participer à cette nécessaire culture du risque qui repose moins sur la précaution stérilisante que sur la prudence responsable... suite >>>

Sommaire des précédents articles >>> . Version imprimable de l'article du mois dernier
(téléchargement au format PDF, 53 Ko) : La rumeur, entre pensée magique et désinformation >>>

Le dessin du mois : Dépannage... >>>

Le 1er avril n'étant pas un vendredi, on a remplacé le poisson par du poulet... >>>

Parmi les contributions du mois : Auguste Comte, Blaise Pascal, Alfred Binet, Boris Cyrulnik, Pierre Dac, Henri Lacordaire, Gilbert Cesbron, entre autres - dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Mars 2003

La rumeur, entre pensée magique et désinformation

"Plus vieux média du monde", la rumeur existe depuis qu'on échange de l'information... donc aussi de l'intox. La nouveauté, c'est qu'elle est devenue l'un des risques que l'entreprise doit gérer. Avec l'internet comme formidable catalyseur-amplificateur-accélérateur. Or l'entreprise est plus à l'aise avec les réalités objectives qu'avec les phénomènes insaisissables. Une crise est toujours douloureuse, difficile à maîtriser, incertaine. En général, un petit effort de prévention est la meilleure protection contre de gros déboires potentiels. Pour parer la menace, encore faut-il l'avoir préalablement identifiée. Ce n'est pas toujours facile, mais ne rien faire peut coûter gros... suite >>>

Sommaire des précédents articles >>>
Version imprimable de l'article du mois dernier (téléchargement au format PDF, 49 Ko) : "Négociation" interculturelle : multilinguisme ou espéranto ? >>>
En avril : risque, précaution, prudence... En mai : gouvernance et coaching...

Ma potion magique : le coaching !Le dessin du mois : Un manager parmi d'autres... >>>

Bref rappel, pour mémoire : la morale traditionnelle a élaboré des principes de discernement pour le légitime recours à la force. Il faut que ce soit pour une cause juste ; qu'elle soit un ultime recours, les moyens pacifiques de régler le conflit ayant été déployés en vain ; que l'on emploie des moyens proportionnés au tort causé et au but visé ; qu'on ait par cette action de sérieuses chances de rétablir la justice : Impertinent...? Pertinent... ? >>>

Edition réalisée avec les aimables contributions d'Antisthène, Bernardin de Saint-Pierre, Démocrite, Zhuxi, Aristote, Oscar Wilde, Confucius, Eric Blair (qui signale à son homonyme que ce n'est pas parce que certains sont plus égaux que d'autres qu'il faut les suivre aveuglément) : dernières citations >>>.
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Février 2003

"Négociation" interculturelle : multilinguisme ou espéranto ?

Dans l'entreprise et plus généralement dans la vie quotidienne, nous vivons en permanence des situations interculturelles, souvent sans même nous en rendre compte. Contrairement à une idée reçue, l'interculturalité ne se réduit pas aux relations internationales. Et elle se renforce, dans un univers où les interlocuteurs se multiplient, où tout repose sur l'échange, le brassage... Les "jeux à plusieurs" se développent et se diversifient, les acteurs comme leurs jeux sont à la fois plus variés, plus changeants - et le cumul de ces tendances accroît la différenciation. A part la politique de l'autruche, il existe deux réponses extrêmes : le multilinguisme, supposé permettre de "parler son langage" avec chacun, et l'espéranto, langage simplifié mais unique, en principe commun, supposé permettre de "parler le même langage" avec tous. Délicat équilibre à trouver dans un dosage subtil... suite >>>

Sommaire des précédents articles >>> . Version imprimable de l'article du mois dernier
(téléchargement au format PDF, 44 Ko) : Forme et fond, le riche et le pauvre ? >>>

Conditionnement culturel et réalité grammaticale...Le dessin du mois : Attention au chien ! >>>

Parmi les nouveaux collaborateurs : Ovide, Chaplin, Barbey d'Aurevilly, Flaubert, entre autres - dernières citations >>>

Bonne fête à tous les Jean-Pierre ! (18 février)
.


Haut de la page Lettre précédente


-> Page 12003-> Suite...

année mondiale de l'interculturalité...

  -> Suite...-> Suite... cliquer ici >>>

Voir voeux 02
Haut de la page Lettre précédente


 

Décembre 2002

Forme et fond : le riche et le pauvre ?

Selon Confucius, "trois dixièmes de la beauté sont dus à la nature, sept dixièmes à l'apparence". De quoi justifier qu'on soigne l'emballage, comme l'ont compris fabricants et distributeurs de produits comme les parfums. Cette emprise de l'aspect sur le contenu est bien sûr variable selon les circonstances ou selon les types de communication, mais une tendance est claire : elle augmente. L'ère des mass media avait graduellement enrichi la forme de la communication... et appauvri son contenu. La communication démassifiée de l'ère des TIC suppose davantage de fond et une forme plus simple. Ce qui ne veut pas dire qu'on la travaille moins, mais autrement : avec les TIC, éviter le toc... ne pas s'enfermer dans des présupposés périmés... en faire moins, mais mieux et autrement... suite >>>

Choix réfléchi...Sommaire des précédents articles >>>
Version imprimable de l'article du mois dernier
(téléchargement au format PDF, 50 Ko) :
Lobbyings d'hier et de demain >>>

Le dessin du mois : Choix réfléchi... >>>

Sécumatique... Linguismatique... Cybercriminalité en hausse... et autres brèves >>>

Avec, entre autres, le concours de Marcel Aymé, Georges Guéron, Georges Courteline, Georg Brandes, Benjamen Franklin, Arme Swetchine... : dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Novembre 2002

Lobbyings d'hier et de demain...

Plus la société se complexifie, plus chacun est affecté par des causes qui lui sont éloignées. Alors, il faut ouvrir le champ pour anticiper menaces et opportunités... et élargir son lobbying pour transformer ces anticipations en actions. Petits ou grands, nous sommes tous concernés. Autrefois, le lobbying était le fait d'intérêts privés désireux d'influencer des décideurs publics. La décision évolue, le pouvoir se déplace, l'information phagocyte tout... et le lobbying s'adapte. Entre autres, il doit affronter un adversaire encore pire qu'une mauvaise loi : la mauvaise foi... suite >>>

Version imprimable de l'article précédent : signaux faibles & tendances lourdes >>>
(PDF 50 Ko)

Le dessin du mois : la roue, fonctionnement & fonctionnalité, technique & culture >>>

Anesthésie sous Nintendo... future constitution européenne... Miss Maroc, l'élection du plus beau cafetan... "trop nuls" en quittant l'enseignement secondaire, NUS réagit... gestion automatique des réseaux... Chandler inspire les logiciels de gestion... optimiser les systèmes haptiques ou remplacer la chaussette de l'aéroport... et autres brèves >>>

Avec également les amicales et néanmoins pertinentes contributions de Léonard de Vinci,
Sainte Beuve, Gustave Le Bon, Boileau, Sénèque, Sandor Marai, Pline l'Ancien, Churchill et quelques autres - dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Octobre 2002

Signaux blèmes et tendances fourbes...

L'action requiert de l'anticipation. Plus on roule vite, plus on doit regarder loin. La complexité invite à élargir le champ. La mutation ajoute l'exigence d'un "autre regard", non seulement sur les faits, mais sur les tendances qu'ils révèlent et sur les méta-tendances dans lesquelles celles-ci s'inscrivent. Or, quand on traque des signaux faibles, l'attention se focalise tant sur la dimension "faibles" qu'on néglige parfois l'aspect "signaux", c'est-à-dire le caractère significatif (révélateur) ou signifiant (chargé de sens). Forts ou faibles, ils doivent avoir une pertinence en regard de tendances lourdes, sortes de balises qui leur donnent du sens. En période de grand changement, ces tendances peuvent évoluer à tel point qu'on continue à focaliser son attention sur des données qui, subrepticement, ont perdu de l'intérêt parce qu'elles s'inscrivent dans des tendances en voie d'extinction. Et on néglige ce qui mériterait examen, au point d'en arriver à se "tromper de jeu" sans même s'en rendre compte... : signaux faibles et tendances lourdes >>>

Version imprimable de l'article précédent (PDF 64 Ko) : l'information et ses pièges >>>

Balançoires et chocs de cultures...Le dessin du mois :
balançoires... et choc des cultures >>>

Lilly recherche chercheurs... la guerre aux bogues... et au climat... des Miss en mutation... Jules Verne et les portes coulissantes... violence ou pub, il faut choisir... relation partenariale pour l'écologie industrielle... et autres brèves >>>

Ont également contribué à cette parution : Goethe, Boileau, Kant, Harris, Russel et quelques autres - dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettre précédente


 

Septembre 2002

L'information et ses pièges...

Omniprésente et multiforme, l'information est à la fois une matière première essentielle et le principal produit fini de notre activité. On n'apprécie pas toujours toute sa valeur... ni ses dangers, nombreux et parfois discrets, dans un univers impitoyable où il faut se méfier des turpitudes et maladresses d'autrui, des incidents, de l'imperfection des outils utilisés, de ses propres erreurs... sans oublier que nul n'est censé ignorer la loi : nombreux sont ceux que leur carnet d'adresses pourrait envoyer en prison, ceux qui peuvent se voir demander réparation de préjudices graves pour non respect du droit à l'image ou violation de droits d'auteur... Saturation, imprécision, confusion, accident, bavure, malveillance, bogue et autres pièges >>> suite

Version PDF imprimable de l'article précédent : Organisation d'un réseau, préalables pour ne pas se prendre les pieds dans le tapis >>>

Schémas : de l'enseignement des techniques à l'éducation des comportements, quelles ambitions pour une démarche de formation ? >>>

Contradiction et esprit critique, génétique contre antibiotiques, impasses journalistiques, intelligence et musique, logiciel dyslexique, recrutement militaire ludique, délation civique, hiérarchie sociale symphonique, internet tragique, gouvernances subtiles et autres Brèves >>>

Les Français croient qu'ils parlent le français... Controverse estivale : le nez de Cléopâtre et le destin du monde, points de vue de Pascal et Lautréamont... Le temps d'Elsa... L'encombrement de Jouvenel... Changement, cohérence, proximité, gouvernement, administration... Dernières citations >>>
.


Haut de la page Lettres précédentesLettres précédentes : 2001-2002

Abonnez-vous... c'est gratuit ! -> indiquer vos coordonnées ici

Les questions abordées sur ce site en termes généraux ont des traductions opérationnelles
et des applications pratiques dans des actions d'accompagnement (conseil, formation, coaching)
élaborées et mises en œuvre avec nos partenaires >>> contactez-nous !
algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.eu



- Prolégomènes à toute démarche réseau (juin 2002)
- Spécialiste et généraliste : vertus du diagnostic clinique (mai 2002)
- Managers débordés : trop de techniques, pas assez de méthode (avril 2002)
- Droit et Société : conçu pour protéger, le droit menace (mars 2002)
- Efficience ou efficacité ? Recettes ou méthode ? (février 2002)
- Culture & Business : Bourdieu, Maîtres du Monde et Big Brothers de tout poil (janvier 2002)
- Pour une année débordante de créativité... (voeux 2002)


 

Page d'accueilPage d'accueil - (c) Jean-Pierre Quentin www.algoric.com