www.algoric.com . JPQ / Equal-Gepetto décembre 2005  
   
 
3
Le temps change... la gestion locale s'adapte


Les temps changent par bien des aspects - techno-économiques, socio-culturels... - et pour commencer c'est le temps lui-même qui change !

Les sociétés traditionnelles sont structurées par des rythmes naturels : l'alternance jour/nuit, la succession des jours de la semaine ou l'enchaînement des saisons, fondement même de la vie biologique. Ces rythmes conditionnent aussi bien l'organisation du travail, notamment agricole, que le déroulement de la vie familiale ou l'articulation des divers temps de la vie sociale. Toutes ces activités sont intégrées : elles "se recoupent", par exemple quand on garde les enfants tout en vaquant aux travaux des champs ou en faisant son marché.

Puis, au moins dans les pays occidentaux, l'ère industrielle vient les dissocier. Car le nouveau paradigme, fondé sur le progrès technique, la spécialisation et les gains de productivité, repose aussi sur une nouvelle relation avec le temps : on cherche à le maîtriser alors qu'auparavant on se laissait guider par lui. On passe du pouvoir du temps au pouvoir sur le temps. Comme bien d'autres aspects de la vie, la garde d'enfants est abordée dans cette nouvelle optique, avec notamment la spécialisation des tâches et celle des temps : temps de travail (la référence) et de non-travail (le reste : vie personnelle-familiale-sociale). Précédemment intégré à la vie, le travail s'en dissocie : désormais il la structure "de l'extérieur", en prenant ses distances. Une formulation plus "politiquement correcte" de cette dichotomie est la distinction entre vie professionnelle et vie familiale.

Nouveau changement avec l'ère postindustrielle : après avoir recueilli les dividendes de l'ère industrielle, on en découvre les coûts. Le "grand espoir du XXè siècle" de Jean Fourastié, nourri de la perspective d'une croissance techno-économique exponentielle, laisse la place aux "désillusions du progrès" de Raymond Aron. Ce nouveau regard sur de nouvelles réalités comporte également une nouvelle approche du temps, qui offre notamment une place à un "troisième temps" (cf. encadré ci-après), à côté des deux précédents que par ailleurs on rééquilibre. Plus généra-lement, on passe du temps uniforme au temps individualisé.

Comme en témoignent le foisonnement de réflexions autour du "temps des villes" ou la floraison de "Bureaux des Temps" dans les collectivités locales, la portée de ce changement est considérable. Tellement considérable d'ailleurs que même ceux qui décrivent et commentent ces évolutions oublient souvent de les prendre en compte dans leurs raisonnements : les pieds sont déjà dans un monde "en trois temps", mais la tête ne suit pas, elle est encore dans un monde "en deux temps"... ce qui ne facilite pas l'entrée dans des processus de gouvernance qui ne peuvent pas s'inscrire dans les schémas simplifiés d'un monde en 2 dimensions !

haut . suite

Plan du rapport :
Synthèse & problématiques générales
Introduction
1 - La garde d'enfants coûte cher à la collectivité...
2 - Si on compte, il faut tout compter...
3 - Le temps change... la gestion locale s'adapte
4 - Le "métro-boulot-dodo" c'est fini...
5 - Interactions : ce n'est plus aux femmes de réguler le système...
6 - Convergences : management et gouvernance
Annexes
Sommaire détaillé



Sommaire
PDF
-> Le plan du site... -> Sommaires en dessins... -> La Molécule... -> L'Heuropéen... -> Les épigraphes...


-> accueil algoric.com algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.com