www.algoric.com . JPQ / HEC-Exed novembre 2005  
 
4.1. Les Mille Sentiers de l'avenir

Jacques LESOURNE
Les Mille Sentiers de l'avenir, Seghers 1981

L'attitude adulte est d'employer l'avenir au pluriel puisqu'il n'est que l'éventail des futurs possibles qu'annoncent les heurts et les convergences des plans d'innombrables acteurs, les gouvernements, la presse, les partis politiques, les grandes entreprises, les peuples, les scientifiques, les prophètes, les écrivains et les artistes… Certes, je pressens des tendances lourdes, engendrées par des comportements qui ne s'infléchiront que lentement ; certes, j'envisage des continuités, multiples et régulières, mais je localise aussi des risques de rupture qui peuvent donner naissance à des divergences cumulatives dans les évolutions. Aussi l'avenir doit-il être le domaine de la prospective, une prospective qui va au-delà de la prévision, qui reste en deçà de l'histoire et qui ne se conçoit que comme réflexion préparatoire à l'action.

Par routine, la prévision a souvent sombré dans l'extrapolation superficielle. De ce carcan, la prospective tente de la libérer, en décrivant les futurs possibles à partir des projets qu'élaborent les acteurs au sein d'un système global. L'ambition est aussi nécessaire que démesurée. Nécessaire, puisque c'est la prise en compte simultanée de la globalité et des acteurs qui permet de comprendre la genèse des images du futur. Démesurée car elle oblige à compléter les relations dures de la science par des liaisons conjecturales et que toute équipe de prospective ne peut dès lors échapper à la subjectivité que lui imposent sa composition, ses origines et l'institution qui l'abrite.

Ici, la prospective rejoint l'histoire, dans son désir insensé de restituer aux hommes du présent les avenirs potentiels que ce présent contient en germe, mais elle s'épuise dans cet essai d'être une histoire du futur, car de l'infinie variété des lendemains éventuels, nous ne fixons que des lambeaux et de l'humanité de nos enfants nous estimons certes la taille, mais nous ne connaissons pas ses cathédrales encore moins ses chants d'amour ou de mort.

Aussi, la démarche prospective se sépare-t-elle difficilement d'une volonté d'action ; qu'elle cherche à éclairer ou à influencer un quelconque décideur ou qu'elle s'adresse à un groupe social anonyme pour l'inciter, en modifiant ses comportements, à modifier son avenir. (…)

Le défi de la montée du tiers-monde (…). Le défi de la concurrence entre les pays développés (…). Le défi interne de la superposition de demandes sociales traditionnelles et de demandes sociales nouvelles (…). Le défi des relations avec l'écosphère (…). Aucun de ces défis n'est véritablement nouveau. Tous s'enracinent dans l'histoire lorsque l'on suit le lent cheminement qui, de la révolution industrielle, conduit à la colonisation, aux socialismes, aux deux guerres mondiales, à l'expansion économique de l'après-guerre. Leur conjonction n'en est pas moins formidable, car ils s'élèvent dans un monde géographiquement borné, en transformation rapide, et où explose le nombre de ceux qui, en se réalisant, deviennent à la fois le sel de la terre et des germes de trouble pour les collectivités humaines auxquelles ils appartiennent.

Evitons-nous le ridicule d'oublier les défis qu'ont affrontés nos pères et les cataclysmes qui ont englouti des rameaux entiers de civilisation. Mais acceptons de reconnaître lucidement la spécificité des nôtres. Pour les assumer. Car, de notre réponse, dépendront, dans une certaine mesure, les angoisses et les espérances de ceux qui nous succéderont. (…)

haut . suite

Plan du dossier :
Editorial
1 - La prospective pose, propose, impose un autre regard
2 - Quelques pratiques d'entreprises et institutions
3 - Regards sur le changement : entre modes et méta-tendances
4 - Approches de la prospective : bonnes feuilles
5 - Références et liens.
Sommaire détaillé
Sommaire
PDF

-> accueil algoric.com algoric, catalyseur d'intelligence . (c) Jean-Pierre Quentin . www.algoric.com